Maurice : le démantèlement de la poupe du Wakashio a débuté

pollution
Début du démantèlement de la poupe du Wakashio 18 février 2021
Mise en place de la barge pour démanteler la poupe du Wakashio, prisonnière de la barrière de la Pointe-d'Esny depuis juillet 2020 ©Capture d'écran Facebook (Cyril Desmarais)

La poupe du Wakashio va être retirée de la barrière de corail de la Pointe-d'Esny. Les travaux pour démanteler l'épave ont débuté, ce jeudi 18 février 2021. Ils dureront un mois. L'enquête sur les circonstances du naufrage, le 25 juillet 2020, progresse. Le capitaine était alcoolisé !

La poupe du MV Wakashio, vraquier qui s'est échoué le 25 juillet 2020 sur la barrière de corail de la Pointe-d'Esny, va enfin disparaître du paysage. Ce naufrage a provoqué une marée noire sans précédent. Pendant des semaines, les bénévoles se sont relayés pour nettoyer le gasoil qui s'échappait du navire. 

Fin août 2020, la proue du navire était remorquée et coulée à 14 miles au large de l'île sœur. Depuis, le château du bâtiment trônait sur sa gangue de corail, sous le regard attristé des Mauriciens qui longent la côte Est et viennent se baigner dans le lagon. 

Mercredi, la barge Hong-Bang 6 a été installée par le remorqueur Magnanimous à proximité de l'épave. Les travaux de démantèlement de la super structure ont débuté, ce jeudi 18 février 2021. Le ministère de l'Économie bleue, des Ressources Marines, de la Pêche et de la Marine a indiqué que le chantier devrait durer un mois. Les ouvriers vont se relayer pour travailler 24 heures sur 24, écrit Maurice Actu

Le capitaine du Wakashio avait bu

 

Alors que les travaux pour faire disparaître la poupe du Wakashio, viennent de débuter. Hier, la vérité sur les circonstances du naufrage sont apparues sous un nouvel éclairage. Ce mercredi 17 février 2021 écrit L'Express de Maurice, le second du vraquier a révélé au tribunal que Sunil Kumar Nandeshwar, le capitaine du navire, n'est pas intervenu lors du naufrage. Il était sur le pont, il sortait du mess où il avait consommé de l'alcool. Il avait son portable en main et cherchait à obtenir du réseau. Lui s'était rendu compte qu'il naviguait à moins de 5 miles de la côte, mais il n'a pas osé interférer dans les décisions.

Il est encore trop tôt pour déterminer si le capitaine est le seul responsable de cette catastrophe. Il est également impossible de savoir si la quantité d'alcool a faussé son jugement. Cependant, la scène du capitaine, portable en main, marchant sur le pont du navire tentant de capter un signal est surréaliste.