Maurice : saisie de 735 000 produits en plastique

océan indien
Le plastique sur la plage de Mumbai en Inde
Le plastique s'échoue au gré des courants sur les plages du monde et souvent dans des lieux très éloignés ©Capture d'écran PNUE
Le ministère de l'Environnement mauricien a saisi, cette semaine, 735 934 produits en plastique. L'île sœur a officiellement interdit cette matière de la liste des produits pouvant être importés et commercialisés en janvier 2021. Un an est passé, les sanctions tombent !

Maurice, comme l'ensemble des îles de l'océan Indien, sont le réceptacle des déchets plastiques du monde entier, comme le démontre la réunion organisée par les Nations Unies. 175 pays étaient à Nairobi, ce 2 mars 2022, pour mettre fin à ce fléau.

L'île sœur a tenté dès 2004 et en 2015 d'interdire, la commercialisation de produits fabriqués à partir de pétrole. Ces tentatives ont abouti en 2021 avec l'interdiction pure et simple du commerce des produits en plastique. 

Dans le même temps, le ministère de l'Environnement aide les sociétés qui se lancent dans la production de "plastique" biodégradable. On estime en 2022 que 10 à 15 entreprises mauriciennes  se sont lancées dans une transition en faveur du développement durable, précise Défimédia. Elles devraient être mises en avant, déplore le ministère.

735 000 produits saisis

Saisie de 759 934 objets en plastique à Maurice
Les pailles, les cotons tiges, les bouchons en plastique tuent des mammifères et des oiseaux marins par milliers tous les ans ©Capture d'écran Défimédia

219 269 cuillères, 375 560 pailles, sans oublier les verres, gobelets, assiettes ou bouteilles en plastique ont été saisis par les officiers en charge de la protection de l'environnement. 

Cette première action médiatique vise à marquer les esprits, il est urgent de refermer cette page. Elmer Food Beat ne chante plus depuis longtemps que le plastique, c'est fantastique. 

On estime en moyenne qu'il faut, au moins 500 ans aux déchets en plastique pour se décomposer, voire plus, écrit notre-planete.info.

En 2021, des milliards de microbilles ont été découvertes par les scientifiques japonais dans tous les océans, en arctique, en antarctique et au sommets des plus hautes montagnes. Elles sont ingérées par la faune marine et, donc, les poissons que nous mangeons. 

Un changement radical impossible ?

Ramassage de déchets Saint-Leu février 2021
Opération Makokote le 28 février 2021 à Saint-Leu ©Capture d'écran IPR

Il y a urgence ! Le changement climatique et le plastique sont les deux maux pour que la planète soit toujours viable dans un futur proche. Ils ont un point commun, le pétrole.

En 2022, on estime qu'entre 19 et 23 tonnes de déchets plastiques terminent dans les océans. Ils se dégradent très lentement. Ils deviennent des microbilles, puis des nanoparticules. Si demain, nous cessions de produire cette matière, le nombre de microbilles doublerait, malgré tout, dans toutes les mers du globe.

Malgré les prises de conscience et les actions de quelques pays, comme l'île Maurice, si la production de plastique se poursuit. Sur le rythme actuel, la pollution va doubler d'ici à 2040, nous apprend France-Bleu