réunion
info locale

Municipales 2020 : dernier jour pour le dépôt des listes

élections
Municipales 2020 visuel Marianne
©Réunion la 1ère
Il ne reste que quelques heures aux prétendants aux sièges de maire pour déposer leurs listes en Préfecture. Ils ont jusqu’à 18 heures pour s’acquitter de leur tâche et être sûrs de pouvoir prendre part aux échéances des 15 et 22 mars prochains.
 
Les candidats aux élections municipales ont, jusqu'à ce soir 18h, pour déposer leurs listes en Préfecture ou en Sous-Préfecture au bureau des élections.

Ils sont entre 160 et 180 candidats potentiels à avoir déclaré leur intention de se présenter cette année. Pour certains, les tractations ont encore lieu pour savoir s’ils se présentent seuls ou en alliance. Les derniers ajustements de listes sont encore en cours.

Le point à 12h30 avec Antoine Garnier :
Municipales 2020 : dernier jour pour le dépôt des listes en Préfecture

La Préfecture recommande aux candidats de ne pas attendre la dernière minute, car il ne suffit pas de déposer une liste de 29 à 55 noms selon la taille des communes. Il faut surtout que le dossier soit validé par les trois membres du bureau des élections à la Préfecture. Chaque dossier incomplet ou mal rempli est retoqué et doit de nouveau être ramené en bon et due forme. Le dépôt des listes a débuté le 10 février dernier.

Notez que la Préfecture de La Réunion effectuera ce vendredi 28 février à 10h le tirage au sort qui déterminera l'ordre d'affichage des candidats par commune. 
 

La nouvelle circulaire Castaner


La controversée circulaire Castaner, proposée le 10 décembre dernier, et qui devait prendre en compte uniquement les résultats des communes de 9 000 habitants, et plus, pour calculer le score de chaque parti politique au niveau national a été suspendue par le Conseil d'Etat le 31 janvier dernier.

Cette décision imposait aux Préfets de ne plus donner de couleurs politiques aux 33 869 communes de moins de 9 000 habitants que compte la France dont sept à La Réunion, donc de ne pas tenir compte de 96% des communes françaises et environ la moitié de l'électorat. Une stratégie qui aurait permis de gonfler artificiellement les scores de La République en Marche, le parti présidentiel, plus performant dans les agglomérations. 

Face au tollé provoqué par cette circulaire, le ministre de l'Intérieur a revu sa copie, quelques jours plus tard, et ramené le seuil à 3 500 habitants et plus. Une nouvelle circulaire a été envoyée aux Préfets le 4 février 2020 et qui corrige point par point les motifs de suspension retenus par le Conseil d'Etat, ainsi que les réserves de l'opposition.
 


Traditionnellement, le préfet attribue aux candidats "sans étiquette" une nuance politique : divers droite, divers gauche, centriste. Une pratique contestée par nombre d'élus qui ne se retrouvent pas dans les nuances qui leur sont accolées, mais qui permet à terme d'avoir une visibilité sur la répartition des élus entre les grands courants politiques. 

Pour les communes de moins de 3 500 habitants, les candidats sans étiquettes pourront se présenter sans qu'aucune nuance politique ne leur soit attribuée.