publicité

Le trésor de "William le pirate" peut-être découvert à Madagascar

La barre d'argent a été retrouvé par des explorateurs américains, suivis dans leur aventure par une société de production britannique.

Une barre en argent retrouvée au fond de l'océan, jeudi 7 mai 2015, au large de Madagascar. (MANJAKAHERY TSIRESENA / AFP)
Une barre en argent retrouvée au fond de l'océan, jeudi 7 mai 2015, au large de Madagascar. (MANJAKAHERY TSIRESENA / AFP)
  • Réunion 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Une équipe d'explorateurs américains est persuadée d'avoir mis la main sur le trésor d'un pirate écossais, William Kidd. Alors que les chasseurs de trésors du monde entier sont à la recherche de son butin, enfoui depuis le XVIIe siècle, l'archéologue Barry Clifford a remonté jeudi 7 mai du fond de la mer une barre d'argent de 50 kg, au large de l'île Sainte-Marie, au nord-est de Madagascar.

"Nous avons découvert treize navires dans la Baie des pirates [de l'île Sainte-Marie] et nous avons travaillé sur deux d'entre eux durant dix semaines, le Fire Dragon et le navire de Capitaine Kidd, l'Adventure Galley", a précisé l'archéologue, qui a remis sa trouvaille au président malgache, Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier espère des retombées économiques pour le pays. 

Car William Kidd, dit Capitaine Kidd, relève presque de la légende. Né à Greenock, en Écosse, le 22 janvier 1645, il est mort pendu à Londres le 23 mai 1701. On le retrouve dans la littérature d'Edgar Poe et dans la culture populaire américaine, ainsi que dans des bandes dessinées ou un jeu vidéo.
L'Unesco craint que les fouilles ne détériorent le site

Les opérations de recherche, filmées par la société de production britannique October Films, ont cependant suscité l'inquiétude de l'Unesco, qui redoute que la rigueur scientifique requise pour fouiller un site aussi précieux ne soit sacrifiée à l'intérêt commercial des promoteurs du projet. "Au fond, c'est une équipe de cinéma qui intervient directement sur un site archéologique. Ce ne devrait pas être autorisé", a réagi Ulrike Guérin, experte de l'archéologie sous-marine à l'Unesco, contactée par l'AFP.

L'Unesco, précise-t-elle, ne dit pas que les choses ont été mal faites, mais va envoyer une équipe sur place pour vérifier la qualité des fouilles, et ce à la demande des autorités malgaches. 

"Nous avons des doutes sur le contrôle scientifique de l'intervention, c'est pourquoi nous allons envoyer une équipe de conseillers pour inspecter le site. (...) Il ne sert à rien de découvrir le trésor, si c'est pour détruire tout le site archéologique autour. On ne peut pas détruire tout un patrimoine juste pour récupérer l'argent", a-t-elle conclu. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play