publicité

Pièces détachées d'occasion : les garagistes doivent désormais vous informer

Un arrêté, applicable à partir d'aujourd'hui, 1er avril, oblige les garagistes à informer leurs clients concernant l'usage de pièces d'occasion pour la réparation de leur véhicule. Le client reste libre d'accepter ou de refuser ces pièces qui devront être issues de l'économie circulaire. 

 

Des réparations moins coûteuses à partir du 1er avril? © Réunion la 1ère
© Réunion la 1ère Des réparations moins coûteuses à partir du 1er avril?
  • Par Gaëlle Malet
  • Publié le , mis à jour le
Depuis janvier 2017, les garagistes sont déjà censés proposer des pièces détachées autres que des pièces neuves à leurs clients. Mais aujourd'hui, leurs obligations se précisent. A partir du 1er avril 2019, les réparateurs professionnels ont le devoir de mieux vous informer sur l'utilisation de ces pièces d'occasion pour la réparation de votre véhicule. La mesure applicable aujourd'hui, n'est pourtant pas bien connue de tous les professionnels de l'île comme en témoigne Jean-Jacques Vitry, un garagiste de l'Ouest : " On n'est pas au courant. Si il faut l'afficher, je vais l'afficher". 
 

Des préoccupations écologiques


Une mesure qui pourrait pourtant, s’avérer salutaire pour le porte-monnaie des automobilistes. Mais l'objectif du dispositif réside avant tout dans des préoccupations écologiques. C'est en effet depuis un amendement à la loi de transition énergétique pour la croissance verte (17 août 2015) que les garagistes doivent proposer des pièces détachées. La mesure devrait ainsi, participer à la préservation de l’environnement.
 

Des pièces issues de l'économie circulaire 


Les textes réglementaires sont précis, avec un terme officiel de "pièces issues de l'économie circulaire" (PIEC). Ces PIEC sont parfaitement sécurisées et tracées, contrairement à celles revendues par des particuliers ou des professionnels non agréés sur certains sites internet. Ces pièces de "seconde main" seront passées par l’un des 1.700 centres de véhicules hors d’usage agréés, qui s’assurent de leur viabilité et de leur conformité. C’est par un arrêté du 8 octobre 2018 que cette obligation est mise en place. La liberté de choisir la PIEC ou non reviendra au client. Ces pièces permettront des économies de 30 à 50 %.
 

Un affichage "clair et lisible de l'extérieur" 


L'arrêté publié en octobre, mais entrant en application ce lundi, prévoit "un affichage clair, visible et lisible de l'extérieur". Cet affichage doit informer "le consommateur de la possibilité d'opter pour l'utilisation de pièces issues de l'économie circulaire ". Les garagistes devront également afficher les tarifs de ces pièces, leur délai de disponibilité et leur provenance.

Le reportage de Thierry Chapuis :
 
Pièces détachées d'occasion

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play