Mafate : des produits frais issus du cirque plutôt que des surgelés dans les écoles

éducation la possession
Mafate cultures à Aurère 230921
©Delphine Poudroux
Un agriculteur d’Aurère va bientôt fournir la cantine de l’école d’Aurère – Ilet-à-Malheur. La mairie de La Possession veut ainsi privilégier le circuit court. Une démarche qui tend à s’élargir à l’ensemble du cirque.

Les agriculteurs d’Aurère vont bientôt fournir les cantines scolaires du cirque. D’ici le 1er octobre, chou, salade, betteraves ou brèdes du cirque seront ainsi au menu des petits mafatais.

" Aujourd’hui, nous faisons monter du chou, de la salade, des produits surgelés par hélicoptère, alors que ces mêmes produits sont cultivés par nos agriculteurs à Mafate, dans le cadre d’une agriculture raisonnée. "

Michelle Hoarau, chargée de mission sur Mafate pour la mairie de La Possession

 

Un partenariat avec la mairie et la Parc national

La mairie de La possession a signé une première convention pour permettre à un agriculteur de l’ilet de livrer un panier frais une fois par semaine dans l’école d’Aurère – Ilet-à-Malheur. Grâce à la collaboration du Parc national de La Réunion dans le cadre du projet alimentaire territorial, d’autres agriculteurs des autres ilets ont pu être rencontrés.

Le même dispositif sera ainsi reconduit avec des agriculteurs de La Nouvelle, d’Ilet-à-Bourse et de Grand-Place pour alimenter les écoles en produits frais, assure Michelle Hoarau, chargée de mission sur Mafate pour la mairie de La Possession.

Mafate Jean-Pierre Thomas agriculteur à Aurère 230921
Jean-Pierre Thomas, agriculteur et gîteur à Aurère ©Delphine Poudroux

Privilégier le circuit court

Jean-Pierre Thomas est agriculteur à Aurère. Il produit du chou, de la salade, des betteraves et des brèdes. Des produits qu’il pourra bientôt livrer à la cantine scolaire de l’ilet. Grâce à la signature de la convention avec la mairie de La Possession, Jean-Pierre Thomas pourra désormais écouler une partie de sa production sans crainte, ce qui lui assurera également un revenu plus stable.

D’autres professionnels du cirque pourront aussi s’inscrire dans cette démarche. Le boulanger ou des producteurs de confiture vont aussi faire partie du programme. A terme, tout le cirque de Mafate devrait profiter d'une nourriture de proximité avec le plan alimentaire territorial du Parc national de La Réunion.

Regardez le reportage de Réunion la 1ère : 

Produits péi : des vergers d'Aurère aux cantines de Mafate ©Réunion la 1ère