Présidentielle : l'ascension électorale de l'extrême droite à La Réunion en 20 ans

élections
Marine Le Pen à La Réunion en décembre 2021.
Marine Le Pen à La Réunion en décembre 2021. ©Imaz Press
En 2002, le Front national ne recueillait que 8% à La Réunion au second tour de l'élection présidentielle face à Jacques Chirac. Vingt ans plus tard, Marine Le Pen et le Rassemblement national sont arrivés en tête dans le département avec 59,57% des voix au second tour.

Emmanuel Macron a été réélu président de la République avec 58,8% des voix contre 41,2% pour Marine Le Pen, mais la candidate RN est arrivée largement en tête de ce second tour à La Réunion avec 59,57 % des voix, ce dimanche 24 avril.

L'extrême droite n’avait jamais atteint un score aussi élevé pour une élection présidentielle. L'évolution du Front national, devenu entretemps le Rassemblement national après la phase de "dédiabolisation" entamée par Marine Le Pen, au cours de ces vingt dernières années, est pour le moins impressionnante.

La Réunion a dit non à Jean-Marie Le Pen

En 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen et le FN accèdent pour la première fois au second tour de l'élection présidentielle, La Réunion place, elle, le candidat socialiste Lionel Jospin en tête, tandis que l'extrême-droite ne recueille que 3,8% des suffrages.

Et au second tour, face à Jacques Chirac, Jean-Marie Le Pen ne réalise qu'un score de 8% dans le département. Le parti ne parviendra pas ensuite à se retrouver au second tour des élections présidentielles de 2007 et de 2012.

Retrouvez le décryptage de Jean-Marc Collienne sur Réunion la 1ère :

Décryptage : les utramarins choisissent "marine"

Les 40% de Marine Le Pen en 2017 

Il faut attendre 2017, il y a cinq ans tout juste, pour que Marine Le Pen accède à son tour aux portes de l'élection présidentielle face à Emmanuel Macron. Elle réalise alors un score de presque 40% à la Réunion (39,75%).

Elle faisait ainsi déjà mieux à l'époque que son score national dans le département, mais aux élections législatives qui avaient suivi, les candidats du Rassemblement national n'avaient récolté en moyenne que 6% des suffrages.

Un score incertain aux prochaines législatives

Aujourd'hui, Marine Le Pen est donc à 60% à La Réunion, mais l’implantation locale du Rassemblement national reste toujours très faible. Et il sera très difficile pour le parti d'extrême-droite de transformer l’essai lors des législatives du mois de juin prochain. L’année dernière, lors des élections régionales, Joseph Rivière n’avait  par exemple récolté que 1,7% des suffrages.