Que va devenir l’ancienne prison Juliette Dodu ?

histoire
Prison Juliette Dodu en vente
Ce grillage était censé empêcher l'envoi de bouteilles de rhum ou de colis de zamal. ©DR
Le 14 septembre dernier, le tribunal administratif a fait annuler l’arrêté de démolition de la prison Juliette Dodu. Un soulagement pour l’association Kartyé Lib Mémoire et Patrimoine Océan indien... qui pense désormais à la suite et à l’avenir de la prison.
C’est donc un ouf de soulagement pour les membres de l’association Kartyé Lib Mémoire et Patrimoine Océan indien. Après un combat long de trois ans, le tribunal administratif de Saint-Denis leur a donné raison en faisant annuler le permis de démolition partielle de la prison Juliette Dodu accordé à la SHLMR.

La juridiction administrative s’est notamment appuyée sur un rapport d’expertise réalisé l’année dernière et pointant du doigt "la non-conformité du projet de démolition au regard des orientations de l’aire de mise en valeur architecturale et patrimoniale du site".
 

Un futur mémorial de l'esclavage ?

L’association Kartyé Lib est aujourd’hui satisfaite mais reste néanmoins prudente, puisque la décision est encore susceptible d’être frappée d’un appel. Pour autant, l’association pense déjà à l’après. Initialement, la SHLMR comptait bâtir une cinquantaine de logements sociaux dans l’enceinte de l’ancienne prison.

En 2013, le bailleur avait remporté un appel d’offres lancé en ce sens par l’Etat. Mais les partisans de la conservation de la prison ont un tout autre projet en tête. Ils veulent en effet en faire un futur mémorial de l’esclavage ouvert sur l’artisanat et la culture traditionnelle.

"Le rôle du site sera de garder la mémoire des esclaves marrons, notamment ceux de la révolte de Saint-Leu en 1811", avance Marie-Lyne Champigneul, la présidente de Kartyé Lib. "La prison est un témoin de la genèse de l’histoire du peuplement de l’île. Ce ne sont pas que de simples pierres".
 

Espaces culturels et boutiques artisanales


Elle appelle à ce que l’ancienne prison devienne "un lieu ouvert permettant aux Réunionnais de s’approprier l’histoire de Saint-Denis et de La Réunion". L’association Kartyé Lib fourmille d’idées. Elle demande notamment la restauration à l’identique de certains murs de l’ancienne geôle.

Les cellules pourraient être aménagées pour accueillir des boutiques artisanales afin de faire valoir le savoir-faire réunionnais : vanneries, confection d’instruments de musique, confiseries, etc… L’association propose également d’aménager des espaces dédiés à la création artistique : fonnkèrs, pièces de théâtre, expositions, concerts, … Sans compter les activités pédagogiques qui pourraient être réalisées à destination du public scolaire.
 

Un projet hypothétique pour l'instant


L’ancienne prison Dodu a eu mille et une vies. Le bâtiment a notamment abrité le siège du Conseil du gouvernement jusqu’en 1776 mais aussi le conseil de la juridiction royale sous l’Ancien régime.

En 2019, la prison avait été inscrite au titre des monuments historiques. Gilbert Annette avait déclaré que Juliette Dodu était l’un des trois sites historiques fondateurs du chef-lieu. L’ancien maire de Saint-Denis avait même confié qu’il souhaitait lui aussi rénover la prison pour la transformer en un site à visée commémorative.

Tout pourrait ainsi laisser penser que les propositions de l’association Kartyé Lib quant au devenir de l’ancienne prison sont susceptibles d’être entendues par la commune désormais dirigée par Ericka Bareigts. Pour l’instant, ni la municipalité, ni l’Etat ne se sont encore prononcés sur la question.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live