Quels sont les enjeux des élections Régionales à La Réunion ?

élections
La Nouvelle Route du Littoral.
La Nouvelle Route du Littoral. ©Imaz Press

Les transports, le pouvoir d’achat, l’écologie : Réunion La 1ère décrypte les enjeux des élections Régionales. Les onze candidats à la présidence de la Région participent au "Grand Débat", ce jeudi à 19h45, sur Réunion La 1ère radio, télé et internet.

Onze candidats se présentent aux élections Régionales des 20 et 27 juin prochains à La Réunion. Quels sont les enjeux sociétaux ? Les grandes thématiques ? Les préoccupations des Réunionnais ? Ou encore les enjeux politiques ? Réunion La 1ère fait le point.

Formation professionnelle et développement économique

Selon un récent sondage (SAGIS), le chômage est la première préoccupation des Réunionnais. Plus de 160 000 personnes sont à la recherche d’un emploi, et les attentes sont importantes.

Officiellement, l’Etat est responsable de la question de l’emploi, mais le Conseil régional a en charge la formation professionnelle et la promotion du développement économique. Les onze candidats sont donc attendus sur leurs propositions pour donner aux jeunes des perspectives pour trouver un emploi.

Les embouteillages et la NRL

Autre préoccupation quotidienne des Réunionnais : les déplacements. Matin et soir, des embouteillages interminables se forment dans l’île. Avec à sa charge une partie des routes et l’organisation des transports en commun, la Région a une lourde responsabilité dans ce domaine.

Le dossier de la Nouvelle Route du Littoral est un enjeu important de ce scrutin. Promise par Didier Robert lors de l’élection de 2010, sa construction a pris du retard, faute de roches massives suffisantes. Les carrières initialement prévues n’ont finalement pas été ouvertes.

Le (ou la) prochain(e) président(e) de la Région devra gérer la passation des marchés pour le tronçon manquant entre La Grande Chaloupe et La Possession. Il (ou elle) devra aussi choisir s’il faut faire cette partie sur digue comme prévu initialement, ou en viaduc, ou trouver une autre solution. De nombreux candidats envisagent de consulter la population sur ce dossier, après de nouvelles études et audits.

Les transports en commun

La question des transports en commun est aussi complexe et délicate. En 2010, le projet de tram-train a été abandonné par Didier Robert qui a préféré miser sur le développement des bus en site propre et sur des projets par rail, qui n’ont pas vu le jour pour l’instant.

Si plusieurs candidats promettent un projet de déplacement par rail autour de l’île, d’autres soulignent l’importance de l’investissement nécessaire et préfèrent tabler sur des projets plus restreints portés par les intercommunalités.

La promotion des déplacements doux, et notamment le vélo est très présente dans les projets des candidats avec des promesses de construction de pistes cyclables ou de mise à disposition de vélos en location.

Le pouvoir d’achat

Ce ne sont pas nécessairement les mesures les plus structurantes pour l’avenir de La Réunion qui retiennent le plus l’attention des électeurs, mais parfois celles qui ont le plus d’impacts sur leur porte-monnaie.

Le maintien ou la suppression des aides au pouvoir d’achat, instituées par la majorité sortante, sera l’un des enjeux de ce scrutin. La plus emblématique est la continuité territoriale, cette aide au voyage entre La Réunion et l’Hexagone. Il y a aussi le bon d’achat pour un ordinateur portable pour tous les lycéens (POP).

L’écologie

L’écologie s’invite dans ce scrutin autour notamment de deux enjeux importants pour l’avenir de l’île : la gestion des déchets et l’énergie. Responsable de l’élaboration du « Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets », le Conseil Régional devra valider les projets en cours pour répondre au défi de l’élimination des déchets toujours plus nombreux. Des projets d’incinérateurs, plus ou moins avancés, sont portés les intercommunalités.

Sur l’énergie, la majorité sortante a promis de remplacer l’utilisation de fuel et de charbon pour produire l’électricité de l’île, mais l’importation de biomasse soulève d’autres problèmes. La Région devra choisir sa stratégie dans le cadre du « Plan Pluriannuel de l’Energie ».

La Région a bien d’autres compétences comme la culture, le tourisme, le sport, ou l’aménagement numérique qui sont autant d’enjeux pour les six années qui viennent. La question de la morale et de l’éthique en politique, mises sur le devant de la scène depuis la crise des gilets jaunes, pourraient aussi s’inviter dans les derniers jours de campagne.

Retrouvez ici notre pyramide interactive des candidats :