Résidence Flacourt : la mairie va saisir le tribunal administratif

logement
Le maire de Sainte-Marie a reçu la CNL et des habitants de la résidence Flacourt
Le maire de Sainte-Marie a reçu la CNL et des habitants de la résidence Flacourt ©Angélique Le Bouter
Le maire de Sainte-Marie a annoncé qu'il allait saisir le tribunal administratif à l'issue d'une réunion avec la CNL et des habitants de la résidence Flacourt, au sujet de leur immeuble. La CNL avait adressé un courrier à la mairie pour signaler un péril imminent pour les locataires.
Après la rencontre organisée ce lundi 19 octobre entre la mairie de Sainte-Marie, la CNL et des habitants de la résidence Flacourt, le maire de la commune Richard Nirlo a annoncé qu’il allait saisir le tribunal administratif.

Il avait été alerté par la Confédération Nationale du Logement sur les conditions dans lesquelles vivent les résidents de l’immeuble : fissures sur les murs, plafonds qui s’effritent, moisissures sur les murs… Le maire ne pouvait pas rester sans rien faire. "Ma première obligation c’est de sécuriser les administrés qui se trouvent sur mon territoire", a-t-il expliqué.
 

Si l’expert estime qu’il y  a un risque pour ces locataires, je vais demander à la SIDR (le bailleur social, NDLR) de reloger ces gens le plus rapidement possible.

Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie

  

Les résidents soulagés

Dimanche 18 octobre, la Confédération Nationale du Logement (CNL) organisait une conférence de presse pour alerter sur l’état de la résidence Flacourt. Ils avaient envoyé un courrier à la mairie jeudi 15 octobre pour signaler un péril imminent pour les personnes vivant dans l’immeuble.
 
Une dizaine de locataires de l’immeuble et Erick Fontaine, administrateur de la CNL ont été reçus ce lundi 19 octobre par la mairie. A la sortie de la réunion, les habitants se disent "soulagés". Ils attendent désormais la décision du tribunal administratif.
Ils sont également reconnaissants envers le maire de la commune. Selon Sandra, habitante de la résidence Flacourt "sans le maire, rien n’aurait été fait à la date d’aujourd’hui."
  

On est un peu plus serein et on attend le résultat.

Sandra, habitante de la résidence Flacourt

  

Ce qu’il va se passer ensuite

Erick Fontaine, administrateur de la CNL explique que pour évaluer la dangerosité du bâtiment, "le tribunal administratif va nommer un expert, qui lui déterminera le niveau de danger." Une fois que l’expert sera nommé, celui-ci aura deux jours pour rendre son rapport. Si dans son rapport, l’expert indique qu’il y a un péril imminent, les locataires devront être évacués. S’il est indiqué qu’il s’agit d’un péril, des travaux devront être effectués dans un délai imparti. Peu importe la décision de l’expert, "il y aura une obligation du bailleur à réagir très rapidement."
 

Ça nous permet de sécuriser les locataires, ce qui est important, mais aussi d’avoir des réponses claires concernant le bâtiment. Parce qu’on craint pour la sécurité des locataires.

Erick Fontaine, administrateur de la CNL


La mairie a également informé la CNL qu’elle allait saisir le procureur de la République.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live