La Réunion : du gris et de la pluie ce vendredi, du soleil ce week-end !

météo
Trajectoire Eliakim
©Météo-France La Réunion
Le temps de ce vendredi 16 mars 2018 est maussade sur l'ensemble de l'île. Le gris et la pluie dominent,  ces conditions ne sont pas liées à Eliakim. La dépression a poursuivi sa route vers l'Ouest à 19 km/h. Elle devrait rentrer sur Madagascar dans la journée pour n'en ressortir que dimanche.
La menace Eliakim s'éloigne. Elle était située à 730 km de nos côtes ce vendredi 16 mars 2018 à 4 heures du matin. Elle devrait aborder la Grande-Ile en milieu de journée, pour entrer profondément dans les terres et ne ressortir en mer que dimanche, très loin au Sud. Ces prévisions peuvent évoluer, il est dont essentiel de rester informé.
Compte tenu de ces explications, il est évident que le temps de ce vendredi n'a pas de lien avec le météore. Le flux d'Est-Nord-Est est rapide et humide. Il va apporter un temps maussade et pluvieux. Quelques coups de tonnerre ne sont pas à exclure en fin de journée annonce Météo-France La Réunion.
Carte météo du vendredi 16 mars 2018
©Météo-France La Réunion
Les alizés seront encore violent sur le littoral Nord et le Sud sauvage. les rafales devraient atteindre 60 à 70 km/h et de 80 à 90 km/h sur les plaines.
Sans surprise, le thermomètre descend légèrement. Il faisait 11 et 12°C au lever du jour sur le pas de Bellecombe et le Maïdo, des valeurs légèrement supérieures aux jours précédents. En revanche, il ne fera pas de 17 à 18°C eu maximum en journée, soit 2 à 3°C de moins ! Sur le littoral, la baisse est nettement moins marquée. Il fera, en moyenne, 30°C. 
La mer est agitée à forte, avec une houle de 2 mètres à 2,50 mètres qui déferle sur la route du littoral.
Carte de houle du 16 mars 2018
©Météo-France La Réunion
La houle de Nord n'a jamais autant perturbé la circulation sur la route du littoral. Ce matin, les embruns des déferlantes arrosaient les deux voies côté falaise. Ce phénomène nouveau s'explique en grande partie avec les travaux de la Nouvelle route du Littoral. En comblant le fond de l'océan en bordure de l'ancienne quatre voies, la hauteur des vagues s'est élevées. De plus quand la hauteur de celle-ci atteint 0,78 fois la profondeur, elle devient instable et déferle comme l'explique l'étude de l'enseeiht.fr.
Image satellite de Mtotec
Image satellite du 16 mars 2018
©Mtotec




  
Les Outre-mer en continu
Accéder au live