La Réunion, terre de tisaneurs

traditions
Photo tisane ImazPress
©ImazPress
Kakouk, Franswa Tibère, Raymond Lucas... Des noms que tous les réunionnais connaissent, ils sont considérés comme les meilleurs pharmaciens de l'île, ils sont tisaneurs.
A La Réunion, les plantes médicinales occupent une place importante dans les jardins créoles. Frantz Ledoyen, alias Kakouk, est l'un des meilleurs tisaneurs de l'île. Il connaît les plantes sur le bout des doigts, il passe des heures et des heures dans les forêts du département pour récolter ce qu'on appelle à La Réunion les zerbages.
 

Ici Kakouk est considéré comme un tradipraticien, il soigne les maux par les plantes et transmet son savoir aux plus jeunes. A La Réunion, pas moins de 58 plantes sont utilisées par les tisaneurs pour guérir une gastro, une grippe ou de simples maux de tête.
 

Une tradition créole


Que ce soit Kakouk, Franswa Tibère ou Raymond Lucas, tous ces tisaneurs ont hérité du savoir de leurs aînés. A La Réunion, pas de fac de tisane, l'enseignement se fait de mentor à élève, de père à fils, de dalon à dalone (les amis). Dans le département, quand on est malade, le premier réflexe n'est pas d'aller consulter le médecin, mais trouver la bonne infusion. 

Les grands-mères, les mémés, sont les premières conseillères avant le tisaneur puis le pharmacien.

Chaque samedi, dans "Kosalafé", Raymond Lucas livre des conseils de plante à Hermina Lasson. C'est un moment attendu par les réunionnais et devenu un rendez-vous sur nos réseaux sociaux. 
  

Une biodiversité exceptionnelle et classée


Les Pitons, les cirques, les sentiers et les remparts de La Réunion sont classés depuis 10 ans au patrimoine mondial de l'UNESCO. Des plantes médicinales y poussent dans des espaces protégés. On recense aujourd'hui plus de 250 plantes médicinales, endémiques et indigènes, mais toutes ne sont pas utilisées dans la pharmacopée traditionnelle. 

Le bois d'arnette, arbre bien connu pour ses feuilles à l'odeur de pomme reinette est utilisé pour traiter les rhumatismes, les reins, la sciatique ou encore les ulcères. Cette plante longtemps oubliée dans l'hexagone a été réhabilitée par les tisaneurs péi.
 

On peut aussi faire des cataplasmes avec le bois d'arnette, il faut écraser les fleurs avec du gingembre, de l'huile, du gros sel. Et on pose le tout sur une entorse ou un pied foulé - Franswa Tibère


Sources : 
- Soigné par les plantes - Kakouk
- Ecole du jardin planétaire 


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live