Saint-André : 200 000 masques pour les quartiers les plus touchés par le virus

coronavirus saint-andré
covid
©RB imaz press Réunion
Le préfet doit trancher ce mardi 17 novembre sur l’instauration d’un couvre-feu à Saint-André. Joé Bédier, le maire de la commune se veut rassurant et estime que la ville est désormais prête à faire face à l’épidémie.
 
Depuis quelques jours, la menace du couvre-feu plane au-dessus de Saint-André, où la propagation de l’épidémie de coronavirus est assez inquiétante. Le préfet se réunit avec l’ensemble des maires de La Réunion en visioconférence à 16h pour faire le point hebdomadaire sur l’évolution de l’épidémie. C’est au terme de cette réunion que Saint-André devrait être fixée sur son sort. En attendant, le maire de la commune Joé Bédier estime que "la ville est prête" à faire face à un éventuel couvre-feu.
   

200 000 masques pour la commune

Joé Bédier a également annoncé avoir commandé 200 000 masques "auprès d’une entreprise qui fabrique des masques localement" afin de les fournir aux Saint-Andréens. Il s’est rendu compte que de nombreux riverains n’avaient pas les moyens de se payer suffisament de masques pour se protéger et a décidé de prendre les devants. Ces masques seront distribués en priorité dans "les quartiers les plus touchés" par le virus, c’est-à-dire Champ Borne, Pont Auguste, Chemin du Centre et Pont Minot.
 

Si c’est un problème de masques, il faut agir.

Joé Bédier, maire de Saint-André


Les Saint-Andréens aussi veulent limiter la propagation du virus. Ils sont donc de plus en plus nombreux à aller se faire dépister. Exemple avec le centre de Champ Borne, qui tourne à plein régime.  

Le reportage de Jean-Claude Toihir et Laurent Figon : ​​​​​​​


​​​​​​​
Les Outre-mer en continu
Accéder au live