Saint-André : un campus universitaire près du parc du Colosse attendu en 2025

éducation saint-andré
La commune de Saint-André, l’Université et la Région ont signé une convention pour acter le projet d'un campus universitaire dans la ville. Un bâtiment attendu en 2025.
La commune de Saint-André, l’Université et la Région ont signé une convention pour acter le projet d'un campus universitaire dans la ville. Un bâtiment attendu en 2025. ©Alix Catherine
D’ici trois ans, l’offre universitaire va encore s’agrandir dans l’île. Après Saint-Denis, le Tampon et Saint-Pierre, un campus verra bientôt le jour à Saint-André. Il sera construit sur un terrain de dix hectares près du Parc du Colosse.

Après le Sud, c’est au tour de la Région Est d’avoir son campus universitaire. En 2025, la ville de Saint-André va accueillir un campus universitaire sur un terrain de dix hectares, près du parc du Colosse. Hier, la commune, l’Université et la Région ont signé une convention pour acter le projet.

Equilibrer les offres de formations dans l’île

Ce pôle éducatif de l’Est vise à équilibrer les offres de formations de chaque micro régions. "On se rend bien compte des difficultés de déplacement, des souhaits des étudiants" déclare Frédéric Miranville, président de l'Université. "Pour l’instant, nous savons que c’est dans le domaine du social, du sociétal" ajoute-t-il.  

"Il y a une dimension économique et sociale qui manque un peu à l’ensemble de nos formations" précise Jean-Michel Jauze, vice-président du conseil d’administration de l’université.

Pour Joé Bédier, maire de Saint-André, l’Est a besoin de ce moteur de développement puisqu'il "a été jusqu’ici le parent pauvre".

Un projet estimé entre 30 et 50 millions d’euros

La construction d’une université à Saint-André répond à deux enjeux majeurs : "nous avons le devoir d’avoir une offre de savoir. […] Le matin, il y a 90 000 voitures qui se dirigent vers Saint-Denis. Ça va amoindrir le nombre de véhicules qui se dirigent vers le Nord", insiste Huguette Bello, présidente de la Région.

Le coût du projet, encore en discussion, est estimé entre 30 et 50 millions d’euros. Le bâtiment devrait être opérationnel en 2025.

En plus du campus, Huguette Bello a par ailleurs annoncé la construction d’un nouveau lycée spécialisé dans les métiers du tourisme. Il sera aussi implanté "dans le même périmètre" a précisé Joé Bédier.