Saint-Denis : lors d’une violente altercation entre passagers d’un bus, un homme tire en l’air

transports
Façade du petit marché de Saint-Denis
©Réunion 1ère
Alors que des chauffeurs font usage de leur droit de retrait à Petite-Ile, pour dénoncer l’insécurité croissante dans les transports en commun, et après une agression de voyageur aux ciseaux, le réseau Citalis déplore un nouvel incident. Une violente altercation entre passagers à la sortie d’un bus.

Le jour du débrayage d’une trentaine de chauffeurs de bus du réseau Alternéo, suite à l’agression de l’un d’eux ce lundi, le réseau Citalis déplore un nouvel incident qui s’est déroulé ce matin entre passagers.

A l’origine de l’altercation, des échanges houleux entre plusieurs voyageurs d’un bus. Mais c’est à la sortie du bus, aux abords de l’arrêt Petit Marché à Saint-Denis, que ceux-ci en seraient venus aux mains.

Tir en l'air à blanc

Selon le communiqué du réseau Citalis, "Des individus s’en sont pris physiquement à un homme âgé qui a fait usage d’une arme à blanc et a tiré en l’air pour se départir de ses assaillants. " L’homme possédant l'arme a été interpellé, selon nos informations.

Ce samedi 4 décembre, un individu suivi pour des troubles psychologiques et en rupture de traitement avait frappé des voyageurs à coup de ciseaux, dans un bus.

Citalis "déplore cet incident et condamne fermement ce type d’agissements", ajoutant : "le réseau de transport urbain reste une mobilité fiable et sécurisante".

Des contrôles renforcés

Lers moyens de lutte contre l’insécurité sont les "31 contrôleurs qui sillonnent quotidiennement les 3 communes de la CINOR ", de même que la quinzaine d’ opérations mensuelles menées avec les forces de l’ordre. 66 agressions ont eu lieu en 2021.

Ce jeudi, une trentaine de chauffeurs de bus ont de leur côté débrayé suite à l’agression d’un collègue ce lundi. Eux déplorent le climat d’insécurité ambiant, qui règne dans les transports en commun sur l’île. "Ya un manque de sécurité, c’est un constat qui est fait dans chaque ville", confie l’un d’eux. Sur le constat, l'actualité de ces derniers jours ne peut que lui donner raison.