Le marché du téléphérique de La Montagne a été attribué

transports saint-denis
Téléphérique Urbain Cinor La Montagne
©Cinor
Saint-Denis aura bientôt un deuxième téléphérique. D’une longueur de 1,3km, ce téléphérique urbain reliera La Montagne à Bellepierre à Saint-Denis. Le marché du téléphérique de La Montagne a été attribué à MND, mandataire du groupement Payenke, par la Cinor. 
Le marché du deuxième projet entre Bellepierre et La Montagne a ainsi été attribué à une société française. C’est MND, mandataire du groupement Payenke à travers sa filiale LST, qui a été choisi par la Cinor pour concevoir, construire et assurer la maintenance de la 2ème ligne du réseau de téléphérique urbain de la Cinor, sur le tracé Bellepierre/La Montagne. Le marché a été notifié au constructeur français le 28 mai dernier.

D’une longueur de 1,3km, ce téléphérique urbain reliera le quartier de La Montagne à celui de Bellepierre depuis la Vigie à l’hôpital de Saint-Denis. Interconnecté aux réseaux de transport publics, ce téléphérique urbain permettra de sécuriser et de fluidifier la route de La Montagne empruntée quotidiennement par un flux de plus de 12 000 véhicules. Une ouverture au public est prévue en 2023.
 
Description du tracé de la liaison entre La Montagne et Bellepierre par téléphérique ©Cinor

 

MND, un spécialiste en la matière


Présent à l’international au sein de 49 pays, le groupe industriel français conçoit, fabrique, installe et maintient des systèmes de transport par câble. Des projets qui se concrétisent aujourd'hui en zone de montagne, touristique et urbaine, comme à Brest, à Moscou, ou Istanbul. MND c'est également 3 sites de production, 5 filiales de distribution internationales et 28 distributeurs dans le monde.

Au sein du groupement Payenke (Paille-En-Queue), LST fédère cinq entreprises complémentaires Bartholet, Sogea Océan Indien-Vinci, SBTPC-Vinci, T&T et Suez Consulting, dont 4 quatre basées à La Réunion. Ce groupement a désormais pour mission la conception, la construction, et les opérations de maintenance du futur téléphérique.
L’entreprise locale TTS interviendra notamment sur la partie maintenance.


Un mode de déplacement sûr, rapide et silencieux


Ce mode de déplacement sûr, rapide, silencieux et accessible à tous, réduira les temps de parcours grâce à une alternative pérenne et performante à la route départementale D41 explique Daniel Lacas, le DGS de la Cinor. Par ailleurs, la ligne aura une orientation touristique marquée et les usagers pourront profiter d’une vue incomparable sur la baie de Saint-Denis. 


Avec un coût d’infrastructure nettement inférieur à celui des autres modes de transports collectifs, (le transport par câble) présente également l’avantage de consommer peu d’énergie - D.Lacas, DGS de la Cinor



Le montant de l’investissement pour sa construction s’élève ainsi à 39,8 millions d’euros, dont un parking-relais de 304 places à la Vigie avec pôle d’échanges multimodal. Installés sur le bâtiment de la station Vigie, les 600 m2 de panneaux photovoltaïques produiront l’équivalent de 92% de la consommation électrique annuelle de l’installation.

Le reportage de Laurent Figon et Philippe Hoareau:
©reunion

 

Les travaux de la portion Chaudron - Moufia se poursuivent


Les travaux de la liaison Chaudron / Moufia / Bois-de-Nèfles, qui s’étend elle sur 2,7 kms et comprend 5 stations notamment au niveau de l'université, ont continué malgré la crise sanitaire du Covid-19. 
 
Le Téléphérique Urbain de la CINOR transportera environ 6 000 voyageurs par jour, sur le tronçon le plus chargé, avec un débit potentiel de 1 000 voyageurs par heure. Un mode de transport urbain qui coûtera près de 50 millions d’euros.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live