Coup de feu à Saint-Denis : la soeur du policier blessé reste en garde à vue

faits divers saint-denis
Hôtel Tulip Inn au Chaudron
©Photo d'illustration Imaz Press Réunion

Dans la nuit du mardi 11 mai, vers 21h30, un policier a été blessé par balle à l’hôtel Le Tulip Inn, à Saint-Denis. Touché au visage, il a été opéré au CHU Nord. Sa soeur, dont la garde à vue a été prolongée ce mercredi soir, pourrait être l'auteur de ce tir possiblement accidentel.

Que s’est-il passé la nuit dernière dans l’enceinte de l’hôtel Le Tulip Inn, au Chaudron ? Ce mardi 11 mai, aux alentours de 21h30, un policier a dû être pris en charge par les secours pour une blessure par balle au niveau de la tête.

Un policier en service

Contrairement aux premières informations qui nous sont revenues dans le courant de la journée, le policier ne serait finalement pas l’auteur de ce coup de feu. L'hypothèse d’un geste désespéré semble donc bel et bien exclue à l'issue de cette première journée d'enquête.

Il reste encore des zones d'ombre sur les circonstances des faits mais ce qui est désormais établi c'est que cette nuit-là, le policier était en service et qu'il est passé voir sa soeur qui séjourne à l’hôtel, avec un enfant en bas âge. Une situation qui s'explique par le fait que la mère de famille aurait été victime de violences conjugales. Voilà pour le contexte.

La soeur de la victime en garde à vue

Ce "détour" pour raison personnelle était censé être rapide puisque que le co-équipier du policier patientait, lui, en bas de l’hôtel. C’est donc lors de cette visite que le coup de feu a été tiré.

Entendue la nuit dernière et depuis ce mercredi matin au commissariat Malartic, la soeur du policier s'est vue signifier ce soir le prolongement de sa garde à vue sur décision du parquet de Saint-Denis. Selon une source judiciaire, on estime que c'est elle qui serait à l'origine du coup de feu et en aucun cas son frère policier.

Le policier opéré

S'agit-il d'un tir accidentel ou d'un tir volontaire ? Les enquêteurs avancent avec prudence. La gardée à vue plaiderait l'accident. Mais selon nos informations, les indications qu'elle donne manquerait de cohérences. Une source proche de l'enquête parle même d'une "suite d'événements non rationnelle".

L'hypothèse d'un tir accidentel n'est pas pour autant exclue mais les policiers attendent désormais de confronter cette version à celle qui sera livrée par la victime.

Hospitalisé au CHU Nord

Touché au niveau du visage, le policier qui est à la tête de la brigade cynophile au commissariat du Chaudron, a été transporté dans un état grave, mais conscient, au CHU Nord, sans que son pronostic vital ne soit, à ce moment-là, engagé.

Il devait subir une intervention chirurgicale dans le courant de la journée, afin que la balle qui l'a touché soit extraite. C'est en fonction de l'évolution de son état de santé qu'il sera entendu prochainement par les enquêteurs.

La Direction départementale de la sécurité publique se refuse, quant à elle, pour l’instant à tout commentaire et n'a toujours pas fait de communication officielle jusqu'à présent.