Les banians du bassin de Manapany au cœur d’une polémique

polémique saint-joseph
banian manapany saint-joseph gecko lézard vert 101120
©Hippolyte
La mairie de Saint-Joseph parle d’élagage, les défenseurs craignent un abattage. Le sort des 5 banians situés à proximité du bassin de Manapany font l’objet d’une polémique. Mairie et collectifs de préservation du gecko de Manapany s’opposent à leur sujet.
 
Nouvelle polémique à Manapany-les-Bains. Cette fois, ce ne sont plus les jardins mais les banians qui sont source de discorde. Depuis plusieurs jours, des collectifs de lutte pour la préservation du gecko de Manapany se mobilisent pour défendre le petit lézard vert endémique, ou plutôt les banians dans lesquels il a élu domicile.

Reportage de Réunion la 1ère.
Saint-Joseph : l’élagage des banians de Manapany fait polémique ©Réunion la 1ère
 

Les associations se mobilisent

Les 5 banians situés à proximité du bassin seraient menacés, selon leurs défenseurs. 5 arbres parmi 70 autres, qui d’après eux pourraient être rasés. Pur eux, la construction du nouvel hôtel sur les hauteurs n’y est pas étrangère. Un projet qui nécessitera plusieurs aménagements de voiries notamment, au détriment de la flore locale.
Faux, répond la mairie de Saint-Joseph, que les 5 banians ne seront pas abattus. Pour éviter un nouvel épisode de "branches cassées", les arbres seront juste élagués, assure Emeline K/Bidi, adjointe en charge de l’aménagement à la mairie de Saint-Joseph.
 

Un élagage, pas d’abattage

" Les amoureux de la nature peuvent se rassurer, il faut savoir qu’on ne parle pas ici d’abattage d’arbres, mais uniquement d’élagage, que l’on  fait habituellement tous les 3 ou 4 ans. "

Emeline K/Bidi, adjointe à la mairie de Saint-Joseph


Un élagage nécessaire, selon Jo, du restaurant situé à proximité des arbres, pour la sécurité des promeneurs, surtout à l’approche des cyclones. En 2017, une branche était tombée, occasionnant plus de peur que de mal heureusement, raconte-t-il.

L’élagage sera réalisé selon un protocole qui prévoit la protection du gecko de Manapany. Nature Océan Indien veillera au grain. Le chef de projet de l’association experte des reptiles, Sébastien Dervin, a listé les préconisations avant tous travaux.
 

Des mesures pour préserver le gecko de Manapany

Tous les résidus de coupe resteront au pied de l’arbre durant près d’une semaine pour laisser le temps à tous les geckos qui y seraient présents de regagner l’arbre. Les éventuels plants ramenés sur site, comme mesure compensatoire, seront vérifiés en termes bio-sanitaires afin de ne pas introduire d’autres lézards.

Enfin, l’ensemble de ces travaux sera réalisé en dehors du pic de ponte de l’espèce, c’est-à-dire pendant l’hiver austral.