Saint-Leu : les premiers raisins blancs de la Pointe-des-Châteaux

agriculture saint-leu
Vignes premiers raisins blancs à la Pointe-des-Châteaux à Saint-Leu 020121
©Suzette Emma

Si le raisin est une des spécialités de Cilaos, le cirque n’est désormais plus le seul lieu où l’on peut en trouver. A Saint-Leu, Stéphane Thébaudin a planté près de 200 pieds dans le secteur de la Pointe-des-Châteaux.

Des vignes de raisin blanc à Saint-Leu. Stéphane Thébaudin, agriculteur, et Pierre Hervé, technicien viticole, ont tenté le pari. Ils ont ainsi planté 200 plants de vigne à 300 m d’altitude dans le secteur de la Pointe-des-Châteaux, il y a un an.

Vignes premiers raisins blancs à la Pointe-des-Châteaux à Saint-Leu 020121
©Suzette Emma

Une variété rustique

Les deux hommes redonnent ainsi vie à une variété de vigne au passé particulier. Une variété de plus de 100 ans, qui était en train de s’éteindre du côté de Saint-Louis. Pierre Hervé avait à cœur d’éviter cela, il faut dire que cette plante présente des avantages certains.

Insensible aux maladies, notamment l’oïdium qui peut dévaster une vigne, elle ne nécessite donc aucun traitement. Autre particularité de cette plante : ses premiers raisins apparaissent en novembre. La récolte se poursuit jusqu’en décembre, un peu avant les pluies.

Vignes premiers raisins blancs à la Pointe-des-Châteaux à Saint-Leu 020121
©Suzette Emma

Un raisin sans produits phytosanitaires

Pierre Hervé et Stéphane Thébaudin produisent ainsi du raisin blanc de table de La Réunion et cultivé sans produits phytosanitaires. Stéphane Thébaudin souhaite aussi apporter aux générations futures des procédés de culture pour disposer d’une alimentation plus raisonnée. Son fils de 14 ans, Florian, se passionne d'ailleurs pour la culture de la vigne et participe à l'expérimentation.

Reportage de Réunion la 1ère.

Saint-Leu : premiers raisins à la Pointe des Châteaux

Pour une culture péi et raisonnée

Après cette toute première récolte, l’agriculteur espère réaliser une première "vraie petite récolte" l’an prochain. Il souhaite ainsi pouvoir fournir du raisin de table péi et sain localement, quand pour le moment la consommation se limite au raisin de table importé.

L’objectif est aussi de commercialiser les boutures, pour permettre à ceux qui le désirent de faire des treilles chez eux.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live