Le tribunal demande à la maire de Saint-Louis de réintégrer les 139 employés communaux

politique saint-louis
Grève des employés communaux la suite à Saint-Louis
Grève des employés communaux la suite à Saint-Louis ©Lyz Dumont
Le tribunal administratif vient de donner raison aux 139 employés communaux de Saint-Louis. Il demande à la maire, Juliana M’Doihoma, de les réintégrer. Il y a un an, elle avait décidé de dé-titulariser ces 139 salariés.

Nouvel épisode dans le feuilleton de la titularisation des agents communaux de la mairie Saint-Louis. La maire, Juliana M’Doihoma va devoir faire marche arrière. Le tribunal administratif vient de donner raison aux 139 employés communaux de Saint-Louis.

Une décision du tribunal admiratif

Il demande à l’élue de les réintégrer. Le tribunal administratif a annulé l’arrêté de retrait de titularisation de ces agents. A ce jour, Juliana M’Doihoma peut encore faire appel de la décision du tribunal administratif, mais les employés communaux concernés doivent retrouver leur poste en tant que titulaire.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :

©reunion

 

Il y a un an, Juliana M’Doihoma avait décidé de dé-titulariser ces 139 salariés. La maire de Saint-Louis s’était appuyée sur des arguments juridiques soulevés par le préfet de La Réunion, et notamment le fait que les règles de procédure n’avaient pas été respectées.

Des employés réintégrés

"Nous sommes très contents, le tribunal a donné satisfaction aux agents communaux, le combat a été très difficile, a réagi Jean-Pierre Lallemand, le président du Syndicat Autonome de la Fonction Publique territoriale. La maire va devoir réintégrer les employés, et surtout les titulariser car ils sont stagiaires depuis plus d’un an".

La satisfaction du SAFPTR

Il n’y aura donc aucun licenciement à venir. Jean-Pierre Lallemand dénonce l’attitude la maire de Saint-Louis. "Quand on est jeune maire, on ne s’en prend pas aux plus faibles en jetant à la rue 130 familles", a-t-il déclaré.

Le SAFPTR dénonce aussi "les frais d’avocat engagés sur les fonds publics de la commune" pour mener cette action en justice. "Cette « fantaisie de la maire » va couter entre 500 000 et un million d’euros", assure Jean-Pierre Lallemand qui demande à la maire "d’apaiser la situation en mettant en place un véritable dialogue social serein et constructif dans l’intérêt de tous, mairie, employés et citoyens".

La réaction de Juliana M’Doihoma

Le tribunal doit encore examiner 120 dossiers. La maire de Saint-Louis a réagi à ces décisions judiciaires. "Nous prenons acte, mais nous sommes surpris de constater que le juge ne suit pas les conclusions du rapporteur public qui étaient largement favorables au rejet de ces arrêtés de titularisation pris à la veille des élections municipales et sans budget", remarque Juliana M'Doihoma.

La maire de Saint-Louis assure dès à présent que cette décision ne sera pas sans conséquence sur les finances communales. 

Une titularisation engendre des surcoûts pour le budget communal, assure l’élue. Ces décisions sont défavorables à notre commune, et vont alourdir la masse salariale qui représente déjà 80% de la masse du budget de fonctionnement de la commune. Cela va ralentir nos perspective de développement et va réduire à néant nos espoirs de baisse des impôts locaux. Je suis très triste pour la population de Saint-Louis et de la Rivière.

Juliana M'Doihoma

 

La maire de Saint-Louis va faire appel de la décision du juge administratif.