réunion
info locale

Saint-Louis : la guerre de clans de la police municipale fait désordre

sécurité saint-louis
La police municipale à La Réunion.
La police municipale à La Réunion. ©DANIEL FONTAINE
L'union syndicale professionnelle des policiers municipaux demande des sanctions. Le 11 décembre dernier, une rixe s’est produite entre policiers municipaux, une information révélée par nos confrères du JIR. C'est une guerre des chefs qui serait à l'origine de ce débordement.
Deux clans qui s'opposent au sein de ce service. Deux clans qui ont visiblement du mal à maîtriser leurs nerfs. Le 11 décembre dernier, les esprits se sont encore échauffés et ont débordé.

Si une enquête en interne doit avoir lieu, au niveau national, l’affaire fait du bruit. L’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux a adressé un courrier au maire de Saint-Louis, au procureur et au Préfet.
 

Maire, procureur et préfet sommés d’agir

Dans son courrier au maire de Saint-Louis, l'Union syndicale interprofessionnelle des policiers municipaux demande au maire de Saint-Louis de prendre des sanctions. Elle rappelle que la brigade anti-criminalité a été appelée et que des violences commises par un responsable d'une police municipale sont passibles de radiation.

Dans le courrier au procureur, le syndicat demande des sanctions là aussi. Il estime que les faits sont de nature à porter gravement atteinte à l'image de la police municipale.

Enfin dans la lettre envoyée au Préfet, ce syndicat demande cette fois le retrait des agréments des policiers municipaux impliqués, pour un comportement incompatible avec leur fonction.
 

Les esprits s’échauffent

Le moins que l'on puisse dire c'est que ça fait désordre. Des policiers municipaux, assermentés rappelons-le, qui se disputent comme des chiffonniers et en viennent aux mains dans un restaurant de Saint-Pierre. C'est pourtant ce qui s'est passé il y a une quinzaine de jours.

Bilan de ce ralé poussé, un policiers aux urgences avec le visage en sang, et une enquête qui sera menée en interne et débouchera peut-être sur des sanctions de la part de la mairie, l'employeur de ces policiers municipaux.
 
Publicité