Faute de financements, l’association Réunion France Alzheimer Réunion pourrait disparaitre

océan indien saint-paul
L'association Réunion France Alzheimer en difficulté
Les dons se font rares depuis le début de la crise sanitaire, l'association Réunion France Alzheimer pourrait disparaitre ©Indranie Pétiaye Réunion La 1ère
Plus de 10 000 personnes souffrent d’Alzheimer à La Réunion. Des malades qui ont besoin d’un accompagnement, mais aussi leurs familles. Sans soutien financier, l’association France Alzheimer Réunion devra stopper son activité.

Implantée depuis 1997 dans l’île, l’association France Alzheimer Réunion accompagne, oriente et écoute les personnes atteintes de cette maladie neuro dégénérative, mais aussi leurs proches qui doivent faire face au quotidien aux difficultés de la maladie.

Les conséquences de la crise Covid

L’association France Alzheimer Réunion voit ses jours être comptés faute de financements. Depuis le début de la crise sanitaire, les dons se font rares.

Depuis deux ans, avec la pandémie, ça n’a pas été facile d’accompagner correctement les familles. Aujourd’hui, l’association lance un cri du cœur. Car, sans subventions, l’association ne peut pas continuer.

Sylvie Agnez, présidente de l’’Association Réunion France Alzheimer.

Mais sans eux, l’association, présente dans l’île depuis 25 ans, ne peut accompagner ses 330 adhérents, malades et familles, dans les quatre structures situées à Sainte-Clotilde, Sainte-Marie, au Port et à Saint-Pierre.

Une mission qui pourrait s’accroitre au fil des ans

Parmi l’aide proposée aux familles dont l’un des membres souffre d’Alzheimer, l’association dispense un soutien psychologique avec une consultation individuelle, une écoute téléphonique, des activités bien-être ou encore des groupes de parole.

Ces familles ont besoin d’accompagnement. Aujourd’hui, sur des sorties de convivialité, les familles sont mises à contribution financièrement. Je trouve cela déplorable en 2022.

Sylvie Agnez, présidente de l’’Association Réunion France Alzheimer.

D’autant que la mission de l’association Réunion France Alzheimer pourrait s’accroître au fil des années selon Sylvie Agnez. En effet, si 10 personnes souffrent de cette maladie neurodégénérative aujourd’hui à La Réunion, ce chiffre devrait passer doubler en 2030.

Gauri, une patiente qui garde le sourire alors que sa mémoire s’enfuit

Parmi les personnes qui bénéficient de l’aide de l’association France Alzheimer Réunion, la famille Ramakichenane qui vit à Saint-Paul.

Il y a deux ans, Gauri, 78 ans, est diagnostiquée de la maladie d’Alzheimer. Ses proches avaient noté des changements dans son comportement, des oublis. Alavandane, 82 ans, n’a alors plus seulement la casquette de conjoint, mais aussi celle d’aidant. Installé à La Réunion depuis les années 70, le couple avait pour projet de rentrer vivre en Inde, mais la santé de Gauri ne leur permet plus de le faire désormais.

Alzheimer
Gauri, 78 ans, souffre de la maladie d'Alzheimer. Ses proches mettent tout en œuvre pour lui venir en aide ©Indranie Pétiaye Réunion La 1ère

Alavandane et Gauri sont mariés depuis 62 ans. Ensemble, ils ont eu 6 enfants. A l’annonce de la maladie, tous se sont mobilisés à l’image de leur fille Sandrine qui a remis toute sa vie en question.

Vivant dans l’hexagone avec son mari et ses enfants, ils ont fait le choix d’une installation à La Réunion pour être auprès de sa maman mais aussi, et surtout, pour aider son père dans une tâche devenue extrêmement lourde à porter.

L’aide précieuse apportée par l’association France Alzheimer Réunion

Dès le diagnostic posé, Sandrine a fait des recherches pour savoir qui pourrait les aider dans ce parcours de santé. Elle découvre l’association France Alzheimer Réunion qui possède une maison cœur au Port.

Très vite, Gauri, qui avait commencé à s’enfermer et dériver dans son propre monde, redécouvre les relations avec les autres grâce aux ateliers dispensés. D’origine tamoule, Gauri ne s’était jamais laissée arrêter par la barrière de la langue. Aujourd’hui, dans les ateliers, celle qui a toujours été entourée d’amies renoue avec ses habitudes et vient même en aide aux autres patientes lors des exercices.

Malheureusement, si les exercices l’aident à garder un peu le cap, Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui ne se soigne toujours pas.

Des dons pour survivre et initier de nouveaux projets

Si l’association arrive à sortir la tête de l’eau financièrement, elle mettra en place une unité mobile qui ira à la rencontre des familles, notamment dans les écarts. Car, nombreux sont les patients qui vivent dans les hauts et qui ne peuvent pas se rendre dans l’une des maisons cœur pour être accompagnés.

Ainsi, Sylvie Agnez en appelle à la prise de conscience des collectivités, des élus ou encore des entreprises pour qu’ils saisissent l’urgence de ces financements. Ils peuvent se faire sur la plateforme de l’association Réunion France Alzheimer. Ces dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66%.