réunion
info locale

Sainte-Anne : une femme tue un compagnon d'un coup de couteau en plein coeur

faits divers
Sainte-Anne rue Marguerite-Pagnol meurtre 10 avril 2019
©Réunion la 1ère
Mardi, en début d'après-midi, une jeune femme de 24 ans a tué un compagnon en lui donnant un coup de couteau en plein cœur. Cette tragédie s'est nouée sur fond d'alcool et de drogue. L'homme de 32 ans a été tué sur le coup. L'auteur présumé, du coup mortel, est en garde à vue.
Des cris, une dispute, une femme qui poursuit un homme dans la rue en brandissant un couteau, puis le silence. C'est un résumé rapide et réaliste de la tragédie qui s'est déroulée sous les yeux des riverains de la rue Marguerite-Pagnol à Petit-Saint-Pierre à Sainte-Anne.

Le compagnon de boisson d'Alison Rato, la meurtrière présumée, était âgé de 32 ans. La nuit précédente et toute la matinée, les amis avaient bu des bières et fumé du zamal. Les voisins n'ont pas été surpris par l'issue fatale de cette relation. 

Les "râlés-poussés", le bruit, les beuveries étaient quotidiens. Depuis un an et l'arrivée de la Bénédictine chez une amie qui a loué une case dans cet écart de Sainte-Anne, le petit quartier avait du mal à fermer l'œil.
 

Déjà incarcéré pour des violences sur son compagnon en 2015


Les gendarmes connaissent la petite rue Marguerite-Pagnol. Ils sont déjà intervenus pour du tapage nocturne ou interpeller un homme dans la maison des deux jeunes femmes. Ils savent qu'Alison Rato a déjà fait un séjour en prison en 2015, pour violence avec arme sur son compagnon d'alors.

En début d'après-midi, ce mardi 9 avril 2019, une équipe du PSIG (Peloton de Secours et d'Intervention de la Gendarmerie) est détournée pour intervenir. Quand, les militaires arrivent, la suspecte vient de lâcher le couteau et quitte les lieux du crime.

Elle est immédiatement interpellée et placée en cellule de dégrisement. Elle est entendue en garde à vue, depuis ce mercredi matin. Les témoignages et les relevés de la police scientifique devraient permettre de refermer rapidement ce triste dossier. 
 
©reunion
Publicité