Suite aux fortes pluies, la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle est demandée pour Salazie

agriculture salazie
Fortes pluies champs inondés agriculture Mare-à-Citrons à Salazie La Réunion
Culture inondée à Mare-à-Citrons, dans le cirque de Salazie. ©Laurent Figon
Ce mardi 5 avril, l’ADMR, l’Association des Maires de La Réunion, mais aussi le Département, demande la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour Salazie. Le week-end dernier, de fortes pluies se sont abattues sur le cirque. Un événement climatique exceptionnel qui provoqué des dégâts, notamment sur les exploitations.

"En tant que Président de l'Association des Maires du Département de La Réunion, j'ai tenu à appuyer la démarche de mon collègue maire de Salazie, Stéphane Foussain, en demandant la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour la commune", écrit Serge Hoarau dans un communiqué, ce mardi 5 avril.

L’ADMR demande la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour Salazie. Le week-end dernier, de fortes pluies se sont abattues sur le cirque. En 24 heures, entre 600 et 700 mm de précipitations ont été relevées.

Un évènement climatique exceptionnel 

"Il s'agit d'un événement climatique tout à fait exceptionnel puisqu'en trois jours a été battu le record absolu de pluviométrie à Salazie pour un mois d’avril", explique le président de l’association des maires.

Il rappelle que "les conséquences sont catastrophiques pour la commune et ses habitants". Des familles ont été relogées, des routes coupées et des écoles sont restées fermées, hier, lundi. "Des dégâts sont à déplorer dans de nombreuses habitations et locaux professionnels sur l'ensemble de la commune", souligne l’Association des maires.

Après Batsirai et Emnati

Elle rappelle aussi que Salazie a déjà été "fortement éprouvée par le passage des cyclones Batsirai et Emnati". "Les agriculteurs de Salazie enregistrent à nouveau de lourdes pertes", "estimées entre 4 et 5 millions d’euros par la commune", précise l’Association des Maires.

85% des productions détruites

A Salazie, les maraîchers ont d'ores et déjà perdu plus de 85% de leur production. Les volumes d’eau importants ont gorgés les sols déjà saturés. Plusieurs glissements de terrain se sont produits dans le cirque. 2 000 m² de cultures ont ainsi été ensevelies sous une coulée de rochers et de boue.

Un soutien d’urgence pour des agriculteurs "en détresse"

Ce mardi, la Chambre d’Agriculture de La Réunion, a aussi interpellé le Département et l’Etat sur "la détresse des agriculteurs réunionnais". Elle rappelle le passage des "cyclones Batsirai et Emnati, les conséquences de la crise sanitaire, de l’explosion du coût du fret, des matières premières..."

Selon la Chambre, il y a "l'impérieuse nécessité de relancer une nouvelle campagne de soutien d'urgence pour les agriculteurs des communes les plus impactées et d'accélérer les procédures engagées". "Il en va de la survie de nos exploitations alors que de nombreux sacrifices ont déjà été consentis par le monde agricole qui a plus que jamais besoin de solidarité et de soutien", assure Frédéric Vienne, président de la Chambre d’Agriculture de La Réunion.

Une demande soutenue par le Département

Dans un communiqué publié ce mardi soir, le Département se dit aussi "mobilisé auprès des agriculteurs de Salazie sinistrés par les fortes pluies". Il soutient lui aussi la demande de reconnaissance de catastrophe naturelle formulée par la Commune de Salazie.

Il rappelle avoir déployé des dispositifs d’aide d’urgence pour les agriculteurs sinistrés au passage du cyclone Batsirai. "Plus de 400 dossiers ont déjà été traités pour un montant global d’aide de plus de 800 000 euros", assure le Département.

La vulnérabilité du territoire de Salazie face à ces phénomènes météorologiques nous interpelle et nous devons collectivement y apporter une attention spécifique. Je pense notamment aux agriculteurs qui paient une nouvelle fois un lourd tribut suite à ces intempéries.

Cyrille Melchior