Seychelles : augmentation du quota de pêche de thons pour les senneurs

pêche
Les quotas des senneurs basés aux Seychelles revus à la hausse juin 2021
Le Manapany, thonier senneur de la Sapmer basé aux Seychelles, lors d'une escale technique à Concarneau en février 2020 ©C. Louet/ F3 Bretagne

La Commission des thons de l'océan Indien (CTOI) vient d'autoriser les senneurs battant pavillon seychellois a pêché encore plus de thons albacore. En 2022, ils pourront débarquer 35 800 tonnes contre 33 211, aujourd'hui. Pourtant, globalement, les quotas de pêche dans la zone sont en baisse...

La nouvelle est, presque, passée inaperçue. Seychelles News Agency, site d'information de l'archipel, nous apprend que le 14 juin 2021, la Commission des thons de l'océan Indien (CTOI) a : "réexaminé le mécanisme d'attribution des quotas pour 2022". Conclusion, les senneurs battant pavillon seychellois ont désormais le droit de capturer 35 800 tonnes de thons albacore, contre 33 211 tonnes en 2021. 
Cette augmentation concerne uniquement l'archipel. Globalement, la Commission qui s'est réunie du 7 au 11 juin 2021, pour statuer sur les quotas, a voté pour une diminution du nombre des captures comme l'explique Le Marin.

Cet objectif est réalisé par la prise en compte de l'ensemble des tonnages débarqués. Avant 2021, les experts ne comptabilisaient pas les thons livrés dans les navires semi-industriels. Aujourd'hui, ils intègrent, officiellement, les relevés des scientifiques.

La bonite rayée devient du thon en boîte

 

Cette "bonne nouvelle", pour les grands groupes qui possèdent les thoniers senneurs aux Seychelles, ne l'est pas forcément pour tout le monde et pour les navires industriels installés dans les pays voisins. C'est le principe immuable des vases communicants. Quand l'un augmente, l'autre baisse obligatoirement. Les Maldives, qui siègent au sein de cette commission thonière, ont demandé et obtenu la limitation des captures de bonites rayées. Ce thonidé, connu à La Réunion sous le nom de "bonite kalou", devient le thon listao une fois transformé et enfermé dans une boite de conserve. 

Ce poisson, délaissé dans notre île, par le passé, et devenu un enjeu économique pour les pêcheries de la zone qui exportent les boîtes qui sont vendues dans les supermarchés européens. Le quota est limité en 2022, à 513 000 tonnes, suite à la demande des Maldives.

Pêche du thon sur un senneur de la SAPMER