Seychelles : des zones 1, 2 et 3 pour préserver la biodiversité

écologie
Seychelles Trois zones pour préserver la biodiversité maritime 21 avril 2022
Trois zones vont être instaurées au cœur de la Zone Economique Exclusive des Seychelles d'ici la fin de l'année 2022, afin de limiter l'impact de l'activité humaine ©Getty (Seychelles. France-Bleu)
L'archipel des Seychelles est une destination de rêve. Ses îles, ses atolls, ses fonds marins, ses eaux turquoise, ses plages de sable blanc font rêver. Pour préserver cet environnement, trois zones vont être matérialisées. Elles délimiteront les activités humaines.

La protection de la biodiversité est devenue un argument touristique. Les Seychelles, destination mythique de l'océan Indien, veut préserver son espace maritime afin d'offrir aux futurs touristes des fonds colorés et vivants. 

4,9 millions de dollars ont été collectés pour mettre en place ces trois zones. Le projet est porté par The Nature Conservancy, Blue Nature Alliance, Oceans5, le Waitt Institute et la Waitt Foundation, nous apprend Seychelles News Agency

La finalisation des zones a débuté. Elles seront effectives en fin d'année 2022. 30% des eaux seychelloises sont en zone 1 et 2. Elles seront préservées. Elles représentent 410 000 km² sur 1,4 million de km² de la Zone Économique Exclusive.

Zone 1, 2 et 3

La zone 1 : est un espace de protection de la biodiversité élevé, car ces lieux ont tendance à être des habitats pour des espèces rares ou menacées et selon le plan, ces zones ne conviennent pas à l'extraction ou à la modification des fonds marins.

La zone 2 : couvre des endroits de protection moyenne de la biodiversité qui permet une utilisation durable. Ces lieux abritent des habitats et des espèces qui ont une certaine tolérance aux perturbations et aux activités humaines et la raison pour laquelle certaines activités y sont autorisées avec une gestion appropriée.

La zone 3 : a une grande valeur pour les secteurs marins qui utilisent les eaux des Seychelles pour des avantages économiques, sociaux et culturels. Le secteur de la pêche est le deuxième acteur de l'économie de l'archipel.