Stabilisation des cas de dengue à la Réunion

dengue
dengue ARS
©ARS
164 cas de dengue ont été signalés du 18 avril au 1er mai à la Réunion. Les chiffres de l'épidémie restent stables. Le Sud recense plus de la moitié des cas et moins de malades passent aux urgences.

Depuis plusieurs semaines maintenant, les chiffres de la dengue ne progressent pas outre mesure, l'ARS parle même de plateau. 

Le nombre de malades a très peu augmenté ces deux dernières semaines, 

164 cas signalés du 18 avril au 1er mai (contre 123 la période précédente).

Si l'on compare le nombre de cas recensés sur les premiers mois de l'année, il est très inférieur à celui de l'année dernière(1 153 cas à ce jour contre 12 200 cas en 2021 à la même période).

Les urgences hospitalières enregistrent également moins de passage dans leurs services.

Le sud, région la plus touchée

Avec plus de la moitié des cas(60%), le sud de l'île reste la zone la plus touchée par la dengue, suivie de la région ouest qui regroupe un quart des contaminations.  

Sur la période concernée, les cas de dengue se situaient dans 19 communes :

  • Sud (60,4% des cas) : Saint-Pierre, Saint-Joseph, Petite-Île, Le Tampon, Saint-Louis, Étang-Salé, Les Avirons, Saint-Philippe
  •  Ouest (24,4% des cas) : Saint-Paul, Saint-Leu, La Possession, Le Port
  •  Nord (8,5% des cas) Saint-Denis, Sainte-Marie, Sainte-Suzanne,
  •  Est (6,7% des cas) Saint-Benoît, Saint-André, Sainte-Rose, Bras Panon

 

Des regroupements de cas ont dans le même temps été identifiés dans les quartiers suivants :

  • Saint-Joseph : Le Goyave
  • Petite-Ile : Le Chemin Neuf, Manapany les Bas, La Ravine du Pont
  • Saint-Pierre : Montvert les Hauts
  •  Etang-Salé : Le Maniron  

Depuis l'année dernière c'est le sérotype 1 du virus qui circule dans l'île rappellent les autorités sanitaires.

La lutte se poursuit sur le terrain

Les actions de lutte antivectorielle se poursuivent au quotidien dans l'île.
"Ces mesures associées aux conditions météorologiques de ce début d’année moins favorables au développement des moustiques (cyclones et fortes pluies qui ont éliminé des larves) et la possible immunité acquise dans certains quartiers ont permis de diminuer fortement la propagation du virus" souligne la préfecture dans son communiqué.

Saint-Leu : surveillance des dépôts sauvages récurrents

4 caméras nomades surveillent chaque semaine des sites répartis sur la commune de Saint-Leu. Un dispositif qui a pour vocation de mettre fin aux dépôts sauvages récurrents suivies d'actions de répression. Depuis la mise en place de cette surveillance aucune infraction n'a été relevée. En 2020 la ville avait recensé plus d'une centaine de dépôts  sur son territoire.