Trafic de zamal : le policier de Saint-André et son complice présumé placés en détention

justice
Palais de justice de Champ-Fleuri.
Palais de justice de Champ-Fleuri. ©Imaz Press
Le policier Saint-Andréen qui serait impliqué dans un trafic de zamal entre La Réunion et l’île Maurice vient de passer sa première nuit en prison. Il a été mis en examen pour trafic de stupéfiants. Son avocat estime que "l'affaire a été montée en épingle."
 
Première nuit en prison pour le policier soupçonné de trafic de zamal, mais aussi pour son complice. Les deux hommes ont été placés en détention provisoire hier après avoir été auditionnés par les juges. Ils ont tous les deux été mis en examen pour trafic de stupéfiant. Selon nos informations, le suspect aurait  reconnu être partie prenante d’un trafic d’envergure internationale, puisque le zamal qu’il produisait était revendu à un grossiste habitant à Sainte-Suzanne, son complice présumé. Celui-ci disposerait d’un "laboratoire" où l’herbe était transformée en résine avant d’être "exportée" vers l’île Maurice.
Mais l’avocat du présumé coupable, Maître Fabian Gorce estime que "cette affaire a été montée en épingle." Il martèle que "cela n’a strictement rien à voir avec la filière mauricienne."

On a cru que le principal client de Monsieur exportait sur Maurice mais il en est rien du tout.

Maître Fabian Gorce


Toujours selon Me Gorce, le trafic serait moins important que ce qui a été laissé entendre. "Pour le moment on a aucune information dessus", a-t-il précisé. Il espère que son client sera libéré rapidement.
    

Soupçons de trafic d'envergure internationale

Le policier avait été interpellé dimanche 1er novembre par les policiers de Saint-Benoît à son domicile à Sainte-Rose. Ils auraient découvert plusieurs dizaines de pieds de zamal à son domicile.  Le procureur Éric Tufféry estime que La Réunion "tend à devenir une véritable plaque tournante de la drogue à destination de l’île Maurice." D’après Maître Céline Cauchepin, avocate du complice présumé, il s’agit d’une "élucubration" car selon elle, "il n’y a absolument rien qui ressort autour de ça" dans le dossier d’instruction. Elle explique que "les deux hommes ont été très coopératifs et [je] regrette qu’ils soient tous les deux obligés d’aller en prison."

L’avocate regrette que l’affaire n’ait pas été jugée en comparution immédiate et pense que l’enquête "n’aboutira à rien." Selon elle, c'est parce que le principal accusé est  un gardien de la paix que l’instruction de ce dossier revêt une telle importance.

Les explications de Réunion la 1ère : 
Trafic de zamal : le policier de Saint-André mis en examen et écroué

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live