Une septaine pour protéger La Réunion du Covid, le secteur touristique craint le pire

coronavirus
Un hôtel de l'Ouest de La Réunion.
Un hôtel de l'Ouest de La Réunion. ©Willy Fontaine

Le préfet de La Réunion a imposé, vendredi 14 janvier, une septaine de "précaution" pour les voyageurs arrivant à La Réunion. L’objectif : protéger l’île du Covid et de son variant Sud-africain. Après un léger regain d'activité, le secteur touristique craint le pire.

La Réunion était une des destinations très prisée ces dernières semaines. En pleine crise sanitaire et alors que la métropole est sous le coup de mesures restrictives telles que le couvre-feu dès 18 heures, notre île attirent de nombreux touristes ces dernières semaines.

Une septaine pour les voyageurs

"Si on avait appris la septaine avant d’arriver ici, on ne serait pas venu pour rester enfermés dans un hôtel sans pouvoir découvrir La Réunion", assure un couple de vacanciers bretons qui a profité d’une offre de promotion pour venir dans l’île.

Le préfet Jacques Billant, a décidé d’imposer la septaine de « précaution » pour tous les voyageurs arrivant dans l’île, à partir de lundi. Les voyageurs devront s’isoler durant sept jours à leur arrivée dans l’île et pratiquer un nouveau test PCR à l’issue de leur septaine. Cette mesure s’applique pour les personnes en provenance de métropole, mais aussi de Mayotte. De plus, les motifs impérieux sont désormais obligatoires pour voyager entre La Réunion et Mayotte.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

La septaine de précaution entre en vigueur pour lutter conte le Covid-19. Les professionnels du tourisme sont inquiets

 

Reprise de l’activité et variant Sud-africain

Ces derniers jours, La Réunion est sous la menace du variant Sud-africain du Covid-19. Des échantillons provenant de deux cas suspects de patients hospitalisés au CHU sont actuellement en cours d’analyse.

"Nous sommes face à deux enjeux : celui de la reprise de l'activité avec la fin des congés scolaires et le nouveau variant Sud-africain", affirmait vendredi, lors d’une conférence de presse, le préfet de La Réunion, Jacques Billant.

La clientèle locale

"On s’adapte au jour le jour, et encore une fois, on va devoir s’adapter, explique Eric Balland, de la résidence Archipel du groupe CôtéSun Hôtel. Les vacances de mars étaient notre seule perspective, mais vue les annonces ça sera fragile". Heureusement cet hôtel peut compter sur la clientèle locale. 

Le centre Covid de Saint-Denis, à l'Office Municipal des Sports.
Le centre Covid de Saint-Denis, à l'Office Municipal des Sports. ©Céline Latchimy

 

Des tests PCR au départ et à l’arrivée

Dès lundi, le préfet de La Réunion, Jacques Billant a aussi décidé d’imposer la présentation de test PCR négatif à l’arrivée et au départ de La Réunion. Résultat : depuis ce matin, la file d’attente s’allonge au centre de dépistage, de Saint-Denis, installé dans les locaux de l’Office Municipal des Sports.

Ces nouvelles mesures destinées à restreindre le trafic aérien inquiètent les professionnels du tourisme dans l’île. Depuis le début de la crise sanitaire en mars à La Réunion, hôtels, gites ou encore restaurants font grise mine. Avec les vacances scolaires et la période des fêtes, ils faisaient face à un regain d’activité. Ces mesures sont un nouveau coup dur.