publicité

Une quarantaine de personnes au pique-nique de l’Union des Réunionnais en Colère près des paillotes de l’Hermitage

Alors que des paillotes ont cessé leur activité à l’Hermitage, l’Union des Réunionnais en Colère organisait un pique-nique pour "fêter la victoire du peuple réunionnais sur les accapareurs de nos plages". Une quarantaine de personnes y a participé. 

L’Union des Réunionnais en Colère organise un pique-nique à l’Hermitage. © Sébastien Autale
© Sébastien Autale L’Union des Réunionnais en Colère organise un pique-nique à l’Hermitage.
  • Par Laura Philippon
  • Publié le , mis à jour le
Le rendez-vous était fixé à ce dimanche 9 décembre sur la plage de l’Hermitage. L’Union des Réunionais en Colère (URC) organisait un pique-nique sur le domaine public maritime qu’il a défendu ces derniers mois. Ils veulent ainsi "fêter la victoire du peuple réunionnais sur les accapareurs de nos plages", écrivent-ils dans un message diffusé sur leur page Facebook. Une quarantaine de personnes y a participé. 
 

Regardez le reportage de Thierry Chapuis : 
Un pique-nique près des paillotes à l'Hermitage


Tensions

Suite à la décision du Tribunal administratif, des paillotes de l’Hermitage doivent fermer. La Bobine et le Coco Beach ont déjà cessé leur activité. Ces restaurants de plage doivent maintenant remettre le domaine public en état et détruire toute trace de leur passage. Cette décision satisfait l’Union des Réunionnais en Colère, mais les tensions entre pro et anti-paillotes restent présentes, notamment sur les réseaux sociaux.
 
 

Appel au calme

A l’origine de la procédure judiciaire contre les exploitants de paillotes, l'association Agir pour la défense du Domaine public maritime environnement, ex Collectif de défense du DPM, sera aussi présente ce dimanche midi. Sur sa page Facebook, l'association appelle au calme. "Tout le monde sait que les carottes sont cuites et les paillotes doivent partir. Qui serait assez bête pour gâcher cette fête? Nous serons des gens responsables et tout se passera dans le calme," écrit l’association Agir DDPME qui reste très vigilante sur la désinstallation des paillotes.

Depuis plusieurs jours, le Coco Beach et la Bobine ont commencé leurs travaux de destruction des terrasses. La Bobine a également organisé une vente de son mobilier. 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play