Variant Omicron : pas de vacances à Maurice pour les Réunionnais ?

transports
L'aéroport de Gillot.
L'aéroport de Gillot. ©Imaz Press
L’Ile Maurice a été placée en zone "rouge écarlate" du fait d’une circulation particulièrement active de l’épidémie de Covid. Depuis ce samedi 4 décembre, à 00h00, les voyageurs qui voudraient s’y rendre devront justifier d’un motif impérieux, et le tourisme n'en est pas un.

Les Réunionnais pourront-ils se rendre à Maurice pour les fêtes de fin d‘année, ou les vacances scolaires de janvier ? Le tourisme ne figure pas dans la liste des motifs impérieux transmise hier, vendredi 3 décembre, par la préfecture de La Réunion.

La décision a été prise par décret du ministère des Solidarités et de la Santé, paru au Journal Officiel le 2 décembre. Reste à savoir si elle sera encore en vigueur au début des vacances scolaires. 

Un protocole "rouge écarlate" en vigueur à partir de ce samedi

L’île Maurice a été classée pays en "rouge écarlate", avec l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Botswana, le Zimbabwe, le Mozambique, la Namibie, l’Eswatini, le Malawi ou encore la Zambie. De fait les voyageurs qui se rendraient ou en reviendraient de ces 10 pays sont soumis à un protocole sanitaire renforcé.

Il leur faut ainsi justifier d’un motif impérieux, fournir le résultat négatif d’un test PCR ou antigénique de moins de 48 heures pour les vaccinés et de moins de 24 heures pour les non-vaccinés, et s’engager à se soumettre à un test et un isolement à l’arrivée à La Réunion.

Les voyages touristiques ne sont pas autorisés

La préfecture de La Réunion précise que " les voyages à titre touristique ou étudiant ne sont plus autorisés ". Une mesure qui concerne tous les passagers, quel que soit leur statut vaccinal.

La liste des motifs impérieux autorisés:

A destination d'un pays classé "rouge écarlate"

  • Ressortissant étranger rejoignant son pays
  • Décès d'un membre de famille en ligne directe (grands-parents, parents, enfants et frères et soeurs)
  • Visite d'un membre de la famille dont le pronostic vital est engagé
  • Déplacement pour droit de garde
  • Professionnels du transport
  • Convocation judiciaire
  • Exécution d'une mesure d'éloignement du territoire
  • Professionnel de santé ou de recherche concourant à la lutte contre le Covid-19
  • Urgence vitale médicale
  • Missions diplomatiques non reprogrammables

En provenance d'un pays classé "rouge écarlate"

  • Ressortissant français, de l'Union européenne
  • Ressortissant étranger possédant un titre de séjour valide
  • Voyageur en transit
  • Ressortissant étranger exerçant une mission diplomatique
  • Travailleur du secteur des transports terrestres maritimes ou aériens

Les Réunionnais qui ont organisé leurs fêtes de Noël et vacances scolaires de décembre et janvier dans l’île sœur voient leurs perspectives de voyage fortement réduites. Entre attente de l’évolution de la situation et annulation, certains ont déjà fait leur choix.

La décision émanant des autorités françaises et non mauriciennes, reste à savoir si l’annulation pourrait se faire sans frais ou si les frais déjà avancés seraient remboursés.

Les acteurs du tourisme mauriciens appellent la France à une révision rapide de la décision

A l’annonce du placement par les autorités françaises de l’île Maurice dans la liste des pays classés "rouge écarlate", des représentants du comité mauricien sur le tourisme ont rencontré l’ambassadrice de France, indique le site mauricien defimedia.info.

Ils ont ainsi évoqué " les graves répercussions sur le tourisme mauricien de la décision du gouvernement français ", ainsi que " la situation insoutenable pour tous les opérateurs locaux si elle est maintenue ".

Les représentants du tourisme mauricien ont formellement lancé un appel à l’ambassadrice de France pour qu'elle transmette au gouvernement français la demande de l’industrie pour une révision rapide de cette décision, ce que Florence Caussé-Tissier se serait engagée à faire.