Ventes pyramidales : Vincent Amanville condamné à 2 ans de prison ferme

justice
Le tribunal de St Pierre de nouveau ouvert au public
©Loïs Mussard
750 victimes recensées, près de 3 000 estimées dans cette affaire de vente pyramidale. L’escroc a été condamné ce jeudi à de la prison ferme et à une lourde amende. En fuite à l’étranger, il fait l’objet d’un mandat d’arrêt.
Il a escroqué des centaines de personnes à qui il avait proposé d’investir 550 euros pour gagner jusqu’à 3 000 euros six mois plus tard. Vincent Amanville, 37 ans, a été condamné à deux ans de prison ferme, 50 000 euros d’amende et à une interdiction d’administrer une société.

Les explications de Loïs Mussard et Jacques Payet.
Vente pyramidale : plusieurs centaines de personnes escroquées ©Réunion la 1ère
 

3 000 victimes potentielles


Le tribunal correctionnel de Saint-Pierre s’est prononcé ce jeudi 2 juillet dans cette affaire de vente pyramidale  qui a eu cours d’avril 2014 à janvier 2015. Le procédé était bien rodé. Vincent Amanville démarchait ses clients lors de petites réunions de groupe, ce qui lui permettait d’en avoir beaucoup sur un laps de temps très limité.

En 9 mois, les enquêteurs ont dénombré 750 victimes, mais elles sont sans doute beaucoup plus, autour de 3 000. Se présentant comme le partenaire de la société EMGOLDEX, une société de vente pyramidale immatriculée à Dubaï, il proposait donc à ses clients d’investir 550 euros.

En parrainant 32 autres personnes, ces investisseurs pouvaient alors avoir un gain de 3 000 euros en moins de 6 mois. Sauf que les clients n’ont jamais touché leur gain, et début 2015, Vincent Amanville disparaissait.

 

Plus de 400 000 euros accumulés


En épluchant ses comptes bancaires, les enquêteurs découvrent que le prévenu avait accumulé jusqu’à 408 000 euros. 386 000 euros avaient effectivement été reversés à la société. Vincent Amanville s’était gardé 22 000 euros, et sans doute plus puisque de nombreuses sommes en espèces lui ont été remises.

L’homme s’est alors volatilisé, laissant derrière lui des milliers de victimes désabusées. Il aurait fui en Thaïlande. Il fait l’objet d’un mandat d’arrêt international.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live