Volcan : un nouveau gîte plus grand et plus écolo pour 2022

écologie
Un nouveau gîte plus grand et plus écolo au volcan
Un nouveau gîte plus grand et plus écolo au volcan ©Conseil départemental
Le Département a présenté un nouveau projet de gîte pour le volcan du Piton de la Fournaise. Il prévoit de reconstruire l’actuel gîte pour que celui-ci devienne plus écologique.
Le département souhaite voir plus grand pour le gîte du volcan. Le projet, en accord avec l’environnement, prévoit d’agrandir le gîte actuel et de faire en sorte d’adapter les infrastructures pour qu’elles soient plus éco-responsables. La livraison est prévue en 2022. 

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 
Plus grand et plus moderne, l'éco-gîte du volcan devrait voir le jour en 2022

"On est obligés de fonctionner en autonomie", explique Julien Gemehl, l’architecte dont le projet a été retenu par la collectivité. Le gîte doit donc produire sa propre électricité avec des panneaux photovoltaïques. Pour ce qui est de l’eau potable, "on capte l’eau de pluie via des ravines ou la toiture, on la stocke dans des réservoirs et elle est potabilisée sur place".
 

Un réseau de planchers chauffants

"Grâce à des panneaux solaires en toiture, on réussit à produire de l’eau chaude qui va alimenter tout un réseau de planchers chauffants", annonce encore M. Gemehl. Le réseau d’assainissement de l’ancien gîte va être réutilisé pour ce nouveau projet. "C’est un réseau assez classique avec fosse et épandage et on a pu se reconnecter dessus".

Pour Michel Vergoz, le maire de Sainte-Rose, "ce projet apporte quelque chose à La Réunion". Sainte-Rose, si petite soit-elle, fait office de ville pivot autour du totem du volcan, défend-il. Michel Vergoz qui rappelle l’importance du volcan et du site qui l’entoure "dans le développement du secteur touristique".
 
Un nouveau gite plus grand et plus écolo au volcan
La livraison de ce nouveau gîte au volcan est annoncée pour 2022 ©Hermione Razafinarivo

Celui-ci invite à une concertation sur l’ensemble du département "et que chacun se tienne la main dans une démarche trait d’union, un peu comme ce qui a été fait pour le Pas de Bellecombe", mais cette fois-ci autour de l’ensemble du site du volcan.