publicité

Trois personnalités au service du statut de Saint-Pierre et Miquelon

Marc Plantegenest, Denis Detcheverry, François Zimmermann : voici le nom des trois personnalités qui pourraient faire avancer le dossier de l’évolution statutaire de Saint-Pierre et Miquelon. Le conseil des élus vient de proposer leurs noms et des pistes de travail au ministère des Outremer.

De gauche à droite : Denis Detcheverry, Marc Plantegenest et François Zimmermann © SPM 1ère
© SPM 1ère De gauche à droite : Denis Detcheverry, Marc Plantegenest et François Zimmermann
  • Par Mehdi Elghazouani
  • Publié le , mis à jour le
Où en est-on deux mois après la publication du rapport Olléon ? L’archipel de Saint Pierre et Miquelon va-t-il voir son statut évoluer ? La question reste entière alors que le président du Conseil territorial Stéphane Artano s’oppose a toute réforme avant les prochaines élections en 2017.

De leur côté, les parlementaires du territoire font front pour faire bouger les lignes. C’est dans ce contexte que le conseil des élus du territoire vient de s’adresser au ministère des Outremer. Il sollicite un appui technique en vue de la rédaction de deux propositions :
- la première concernerait une collectivité unique
- la seconde une révision du statut actuel (rédigé en 1985) clarifiant les compétences de chacun, à savoir le conseil territorial ainsi que les mairies de Saint Pierre et de Miquelon- Langlade

Dans le même temps, le Conseil des élus propose aussi à George Pau-Langevin de missionner un groupe de travail composé de personnalités locales.

Les explications de Mathias Raynaud, Emilie Boulenger et Jason Pupier.
Trois personnalités au service du statut de Saint-Pierre et Miquelon

Réaction de Stéphane Artano : « Un comité éminemment partisan »

Le président du Conseil territorial, Stéphane Artano se dit pour sa part «extrêmement inquiet du processus qui est en train de se mettre en place». Il regrette l’absence de personnalités locales comme Bernard Le Soavec ou Gérard Grignon dans ce groupe d’études qu’il qualifie d’ «éminemment partisan».

«Pour des enjeux strictement politiques, on essaye de déshabiller le conseil territorial au profit des mairies», lance Stéphane Artano. Le président du Conseil territorial qui estime dangereux de lancer ce processus avant les prochaines élections de 2017.

Réaction de Stéphane Artano sur le groupe des élus

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play