publicité

L'affaire du naufrage du Tommy Evan devant la justice

Le tribunal correctionnel de Saint-Pierre et Miquelon a examiné l'affaire du naufrage du Tommy Evan intervenu le 3 août 2018. Il est reproché au capitaine du chalutier une négligence ayant occasionné une avarie grave sur le navire.

  • Emilie Boulenger / Frédéric Lahiton
  • Publié le , mis à jour le

Dans la nuit du 2 au 3 août 2018 alors qu'il rentrait d'une campagne de pêche au concombre de mer, le navire Tommy Evan avait dû être abandonné par son équipage. Le bateau avait commencé à gîter, obligeant les marins à se réfugier dans un canot de sauvetage. L'équipage avait été secouru par un hélicoptère des forces armées canadiennes.

Ce mardi 8 octobre, lors de l'audience du tribunal correctionnel, la question était de savoir si le Tommy Evan était trop chargé lorsqu'il a fait naufrage. Il a été reproché au capitaine d’avoir omis sciemment les règles en dépassant largement la capacité de chargement. Le registre de bord n’ayant pas été sauvé, il n’y a aucun élément permettant d'affirmer que le navire était trop chargé ou pas.

Le bateau, prévu pour pêcher du poisson, a été conçu par des ingénieurs aux Iles de la Madeleine. Le Tommy Evan est d’ailleurs retourné sur place en 2006 pour faire modifier son livret de stabilité. Le bateau s’apprêtait alors à pêcher la coquille Saint-Jacques. Mais, et c'est un élément retenu par la présidente du tribunal, ce livret n’a pas été modifié quand le navire s’est mis à pêcher le concombre de mer.

La cargaison du Tommy Evan mise en cause

La présidente du tribunal est également revenue sur une photographie datant de fin juillet 2018. Elle montre le bateau rentrant au port avec une marque de franc-bord invisible, ce qui pourrait être analysé comme une surcharge et indiquerait donc que la stabilité n’était plus assurée. A l'époque, un courrier avait été envoyé par les affaires maritimes à l’affréteur du bateau.

De son côté, le procureur de la République a déploré que ni le capitaine ni le propriétaire ni l'exploitant ne soient présents. L’affaire s’est, selon lui, bien terminée, mais il a affirmé vouloir que cela ne se reproduise pas dans un archipel qui a connu des naufrages tristement célèbres.

" On sait à quoi attribuer ce naufrage : l’énorme surcharge en concombre de mer " - Olivier Quérard, procureur de la République à Saint-Pierre et Miquelon


Le procureur est convaincu que la trop grande quantité de concombre de mer pêchée est à l'origine du naufrage du Tommy Evan. Olivier Quérard a précisé ce matin que les conditions de navigation étaient correctes et que les trois pompes à eau du bateau fonctionnaient. 

Des arguments balayés par Maître Tabet qui s'est exprimé à l'issue de l'audience :

Maître Patrick Tabet, avocat du capitaine, du propriétaire et de l'exploitant du Tommy Evan

Le procureur de la République a requis un retrait provisoire de six mois à un an du brevet du capitaine et 15 000 euros d’amende. Une amende infligée au capitaine mais qu’il souhaite voir partagée entre le propriétaire et l’exploitant. Le délibéré a été fixé au 12 novembre prochain.

Compte rendu de l'audience avec ce reportage d'Emilie Boulenger et Alain Rebmann. 

L'affaire du naufrage du Tommy Evan devant la justice

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play