Après un an d’interruption, les fouilles archéologiques ont repris à l’anse à Henry

histoire
 Les fouilles archéologiques ont repris à l’Anse à Henry après un an d’interruption du à la crise sanitaire
Des archéologues français et canadiens sur le site de l'Anse à Henry sont à la recherche de vestiges de l'occupation européenne ©SPM LA PREMIERE
Neuf archéologues sont actuellement à Saint-Pierre et Miquelon dans le cadre d'une mission franco-québécoise. Ils recherchent les vestiges de l'occupation d'une civilisation européenne sur le site occupé autrefois par les Paléoesquimaux et les Amérindiens.

Les fouilles archéologiques de l'anse à Henry ont repris à Saint-Pierre. Pour mémoire, les chercheurs franco-québecois avaient découvert il y a deux ans des traces d'une occupation d'une civilisation européenne. Cette trouvaille suscite l'intérêt des scientifiques car l’époque visée est plus récente et se révèle plus intéressante dans le cadre du projet d’inscription de l’archipel à l’UNESCO ( l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture). Des fouilles financées par le ministère de la Culture.

À lire aussi : Les tourbières de Saint-Pierre et Miquelon scrutées à la loupe par un étudiant en écologie

Après une interruption des recherches suite à la pandémie l'an dernier, les experts sont de retour dans l'archipel pour procéder à de nouvelles fouilles. Ils ont d'ailleurs repéré des pierres situées sur un sentier donnant accès à l'anse à Henry.

Il y a un alignement de pierres très rectiligne et ici ça fait un coin donc c'est le coin du bâtiment qui continue sur 10 à 12 mètres en allant vers l'Ouest.

Réginald Auger, archéologue à l'université de Laval du Québec

 

Les habitats des civilisations européennes mises à nu 

 

Ils ont aussi découvert des fondations, celles d'une maison de pêcheurs.

C'est sans doute des maisons assez modestes mais de style européen tel qu'on pourrait le faire dans un village de pêcheurs en Europe ou au 17ième et 18ième siècle.

Réginald Auger, archéologue à l'université de Laval au Québec

 

Des découvertes inattendues sur le site

 

Les chercheurs canadiens et francais ont également retrouvé du moblier métallique comme des clous, de la brique, des éléments métalliques et plus étonnant encore des éclats de silex.

Ils proviennent peut être de Terre-Neuve, du silex que l'on a retrouvé en profondeur sur le substrat rocheux en fond de sondage.

Maxime Pallares, archéologue

 

L'équipe d'archéologues est à la recherche de tous documents qui pourraient attester la présence d'habitations sur ce site. Les fouilles sont prévues jusqu'à la mi-septembre.

Martine Briand et Jérôme Anger se sont rendus sur le site.