Avec sa série "Parole de morue", l'artiste Karine Gaulin plonge dans l'histoire des marins de Saint-Pierre et Miquelon

patrimoine
Paroles de Morue
L’artiste multidisciplinaire Karine Gaulin réalise une série consacrée aux marins de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon.

Dans son studio itinérant installé à bord d’un voilier, Karine Gaulin consacre un balado qui met en lumière les  gens de mer de Saint-Pierre et Miquelon. Pendant plusieurs semaines, elle a collecté les récits et les témoignages des pêcheurs de morues.

À lire aussi : Avec son musée Héritage, Roland Châtel veille minutieusement sur le patrimoine de St-Pierre et Miquelon

De cette cueillette est né Parole de Morue, un documentaire sonore en quatre épisodes qui rend hommage aux hommes sculptés par ce territoire de l’Atlantique Nord. Cette production portée par l'association SPM Spinnaker s'inscrit dans le cadre de l'appel à projets Unesco lancé en octobre 2020 par la Mission des Affaires Culturelles.

Dans le premier épisode, Karine Gaulin évoque l’époque de la pêche en doris. Elle parle de ces marins qui vont loin, qui connaissent tous les fonds et qui naviguent à l’estime. Ces hommes de mer qui sortent tôt et qui rentrent tard pour pêcher la morue et l’encornet. Aujourd’hui ils ont tous disparu. Sauf un, Bernard, le dernier des cachalots.

Épisode 1 : Le dernier des cachalots

 

Pendant des décennies, un mouvement incessant de bateaux se déploie dans le port de Saint-Pierre où résonnent les chants et les bagarres des marins en provenance de toutes les mers. Comment préserver cet amour profond du métier alors que le poisson a maintenant déserté les eaux ? 

Épisode 2 : Les chaluts

 

Le troisième épisode de Parole de Morue est consacré à un homme, né au pied d’un phare, qui grandit en solitaire au bout d’une pointe sculptée par la mer et qui est devenu navigateur. Ce dernier raconte sa première tentative de traversée de l’Atlantique au sextant. Un récit où la vie palpite comme une voile au grand vent.

Épisode 3 : Pointe Plate

 

S’endormir dans la bannette du bas, pliée en origami, ouvrir les yeux à l’aube avec, en filigrane, de vieux airs de rock’n’ roll. Sur le Kéravel, c’est une carte postale sonore, une narration contemplative qui évoque 30 heures de pêche au concombre de mer au large de Saint-Pierre.

Épisode 4 : Sur le Kéravel