Coronavirus : les bars, cafés et discothèques durement touchés depuis leur arrêt total

vie locale
La discothèque du Joinville à Saint-Pierre, fermée depuis le 15 mars.
La discothèque du Joinville à Saint-Pierre, fermée depuis le 15 mars. ©Inès Pons-Teixeira
Depuis leur fermeture forcée le 15 mars 2020, les bars, cafés et discothèques de l'archipel sont durement touchés. Pour leurs gérants, la fermeture imposée a entraîné une chute vertigineuse de revenus et certains craignent même de devoir mettre la clef sous la porte. 
Leurs portes sont restées closes depuis six semaines. Les bars et établissements de nuit, considérés comme « non indispensables » par les autorités, sont à l’arrêt total depuis maintenant plus d’un mois. Ils ne connaissent toujours pas la date potentielle de réouverture de leurs commerces.
 

Des pertes financières considérables


Certains établissements de Saint-Pierre ne disposent pas de la trésorerie nécessaire pour faire face à cette situation et craignent même de déposer le bilan. C’est le cas de ce bar-discothèque, qui accuse de grandes pertes financières.
 
La discothèque du Joinville à Saint-Pierre.
La discothèque du Joinville à Saint-Pierre. ©Inès Pons-Teixeira

Son directeur de salle, Fabrice Guérin, évoque un manque à gagner de 50 000 à 60 000 euros. Une catastrophe pour cette institution saint-pierraise créée au 19ème siècle et reprise par sa famille en 1991.
 
Le bar du Joinville à Saint-Pierre.
Le bar du Joinville à Saint-Pierre. ©Inès Pons-Teixeira
 

"On a travaillé dur pour gagner notre vie et participer à la vie sociale de l’archipel "- Fabrice Guérin, directeur de salle du bar-discothèque Le Joinville 


Une situation imposée que le gérant d'un autre bar du centre-ville a décidé de tourner à son avantage. Il profite de cette fermeture forcée pour entamer les travaux de rénovation qu’il repoussait depuis un moment.
 
Travaux de rénovation dans le bar Le Rustique à Saint-Pierre.
Travaux de rénovation dans le bar Le Rustique à Saint-Pierre. ©Inès Pons-Teixeira

S’ils tentent de prendre cette mesure avec philosophie, les établissements de nuit saint-pierrais restent sans visibilité quant à la date et aux conditions de leur réouverture.

Un reportage d'Inès Pons-Teixeira et Jérôme Anger.
 
©saintpierremiquelon