Il y a 79 ans, en pleine seconde guerre mondiale, les forces françaises libres débarquaient à Saint-Pierre et Miquelon

commémorations saint-pierre (spm)
ralliement saint-pierre et miquelon
La nuit du 23 au 24 décembre 1941, les forces de la France Libre reprennent Saint-Pierre et Miquelon. ©Archives SPM la 1ère

Comme chaque année, l'association des anciens combattants et celle des engagés volontaires de la France Libre commémorent en ce 24 décembre le ralliement de Saint-Pierre et Miquelon au général De Gaulle. L'archipel est le premier territoire ultramarin libéré pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 79 ans, les forces de la France Libre débarquaient à Saint-Pierre et Miquelon. Une cérémonie était organisée ce jeudi 24 décembre au monument aux morts de Saint-Pierre pour commémorer l'opération historique, qui a fait de l'archipel le premier territoire ultramarin français à se rallier au gaullisme, pendant la seconde guerre mondiale.

À lire aussi > Le Saint-Pierrais André Frioult raconte l'autre débarquement

"C'est un moment important pour l'association des engagés volontaires de la France Libre" commente Martine Lévêque, la présidente de l'association patriotique, présente aux côtés de l’association des anciens combattants. "Mais c'est aussi un moment triste car nous n'avons plus à Saint-Pierre d'engagé volontaire. Heureusement, la relève est là : les enfants et les petits-enfants des engagés volontaires sont dans l'association." Prise d'armes, gerbes de fleurs déposées par les autorités et le monde associatif... L'idée était de se souvenir de cet événement marquant pour les Saint-Pierrais et Miquelonnais.

À écouter : l'interview de Martine Lévêque, la présidente de l'association des Engagés Volontaires de Saint-Pierre et Miquelon

 

Une mission secrète pour reprendre Saint-Pierre et Miquelon

 

Le ralliement de Saint-Pierre et Miquelon a eu lieu dans la nuit du 23 au 24 décembre 1941. Ce soir-là, trois corvettes et un sous-marin débarquaient en secret dans l'archipel, avec à leur bord 230 hommes de la France Libre. L'opération, lancée depuis Halifax contre l'avis des Américains, était menée par l'amiral Émile Muselier. En quelques minutes, le drapeau à croix de Lorraine flottait sur le port de Saint-Pierre, sans aucun coup de feu. Quelques jours plus tard, un référendum était organisé et le territoire passait sous commandement gaulliste, avec 98 % des votes en faveur de la France Libre. 

Réferendum pour le ralliement de Saint-Pierre et Miquelon à la France Libre, le 25 décembre 1941
Réferendum pour le ralliement de Saint-Pierre et Miquelon à la France Libre, le 25 décembre 1941 ©ECPAD Archives, France

Avant l'opération, Saint-Pierre et Miquelon était considéré comme un lieu stratégique dans le conflit mondial. Il disposait d'un poste émetteur radio puissant, pour diffuser la propagande du régime de Vichy, alors aux commandes de l'archipel. Les Alliés s'inquiétaient notamment de l'utilisation de ce matériel, capable d'envoyer des messages aux sous-marins allemands. Le Canada préparait même un débarquement pour prendre possession du territoire français, considéré comme une menace à seulement quelques dizaines de kilomètres de Terre-Neuve et Labrador. Le pays imposait également un blocus sur les marchandises depuis la signature de l'armistice avec l'Allemagne nazie, en juin 1940. 

À lire aussi > L'histoire du ralliement de Saint-Pierre et Miquelon racontée sur France Inter

Suite au ralliement au général De Gaulle, plusieurs jeunes originaires de Saint-Pierre et Miquelon se sont engagés dans les forces françaises libres. Certains sont partis se battre sur le front, jusqu'en Normandie.

Le récit de l'opération, par Mathias Raynaud :