Érosion de l’isthme de Miquelon-Langlade : les associations pas convaincues par le rapport du Cerema

catastrophes naturelles miquelon-langlade
travaux érosion
©Jean-Guy Orsiny

Le Cerema a rendu son rapport sur l’érosion de l’isthme de Miquelon-Langlade. Il a été présenté aux élus et associations de Saint-Pierre et Miquelon jeudi 27 mai. Le collectif pour la protection de l’isthme n’est pas convaincu par les conclusions.

Suite aux dégradations survenues sur l’isthme de Miquelon-Langlade au mois de février, l’État avait demandé au Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement la mobilité et l’aménagement (Cerema) un rapport. Les 14 pages de constats et de recommandations ont été présentées aux élus et aux collectifs pour la protection du cordon dunaire jeudi 27 mai.

Les associations pas convaincues

 

Pour le collectif de protection de l’isthme, cette étude est une perte de temps. “C’est exactement les revendications qu’on avait demandé fin février, précise Mikaël Renou, membre du collectif. C’est exactement ce qu’on avait dit qu’il fallait faire à la base, donc on a un peu l’impression d’avoir perdu deux mois.” Il déplore aussi le fait que la route restera fermée tout l’été et que tout le monde en subira les conséquences.

À lire aussi : Érosion de l’isthme : la collectivité territoriale de Saint-Pierre et Miquelon va débloquer des fonds

Une réunion avec les associations organisatrices de festivals doit être programmée prochainement avec le préfet.

Ce que dit le rapport

 

Parmi les priorités listées par les experts dans ce rapport, il y a la rénovation de la route reliant Miquelon à Langlade avec du sable. “L’État a joué son rôle, estime Christian Pouget, préfet de Saint-Pierre et Miquelon. C’est à dire qu’il a mobilisé l’ensemble de son ingénieurie pour évoquer l’ensemble des options possibles.” Il explique aussi que toutes les options ont été étudiées par les bureaux d’études afin de dégager les meilleures solutions, à savoir réparer la route et la protéger “par un réensablement côté plage.

Toutes les analyses ont été faites. Le BRGM et le Cerema ont travaillé vraiment sous tension pour pouvoir présenter à la Collectivité territoriale, qui est propriétaire de la route, l’ensemble des dispositions possibles.

Christian Pouget


Christian Pouget justifie le recours à ces bureaux d’études par la situation géologique “complexe” de l’isthme et la nécessité de maintenir une liaison routière entre Miquelon et Langlade.

Karim Augustin Baïla et Allison Audoux ont assisté à la présentation :