Plan de relance : 13,7 millions d’euros de crédit d’État pour Saint-Pierre et Miquelon

économie saint-pierre (spm)
saint-pierre et miquelon économie
La situation économique de Saint-Pierre et Miquelon n'est pas aussi catastrophique que prévue, même si les secteurs du tourisme et de l'hébergement souffrent. ©SPM la 1ère

Les acteurs politiques et économiques de Saint-Pierre et Miquelon se sont réunis vendredi 12 mars à la Cacima pour discuter de la déclinaison locale du plan de relance de l’économie. Une enveloppe de 13,7 millions d’euros est déjà attribuée à l’archipel.

En septembre 2020, le gouvernement annonçait qu’un budget d’1,5 millard d’euros allait être consacré aux Outre-mer dans le cadre du plan de relance de l’économie, pour aider les entreprises à se relever de la crise sanitaire. Dans cette enveloppe, 13,7 millions d’euros sont destinés à Saint-Pierre et Miquelon.

Les précisions de Delphine Jeanneau et Claudio Arthur :


La déclinaison locale du plan de relance se compose de 4,4 millions d’euros de mandat territorial, auxquels se sont ajoutés 7 millions d’euros de mesures complémentaires et 2,3 millions de mesures économiques d’urgence.
  

Du nouveau matériel pour l’hôpital

Ces crédits d’État, dispersés sur plusieurs infrastructures de l’archipel, permettront notamment à l’hôpital de Saint-Pierre d’acquérir du matériel médical. Le centre hospitalier François Dunan pourra bientôt se doter d’un IRM. Patrick Lambruschini, directeur du centre hospitalier se réjouit de cette nouvelle. Cela permettra "de prendre en charge des gens dans des délais raisonnables avec une imagerie d’une excellence telle que le neurologue à distance pourra prendre la décision de poser un diagnostic vis-à-vis du patient."

Le directeur de l’hôpital estime ainsi que cela permettra aux patients d’avoir une meilleure prise en charge. Par ailleurs, une partie de l’enveloppe sera également consacrée au développement de la télémédecine dans l’archipel.

À lire aussi : Covid-19 : l'offre de soins en péril à Saint-Pierre et Miquelon

Cette enveloppe de 13,7 millions d’euros pourront encore évoluer à l’avenir car plusieurs autres dossiers ont été pré-identifiés pour répondre aux différents appels à projets lancés au niveau national.