wallis & futuna
info locale

Conflit de l'aéroport de Wallis-Hihifo: l'épilogue.

transports
hihifo
Epilogue du blocage de l'aéroport international de Wallis et Futuna en novembre 2015 par la chefferie de Hihifo, une convention sur les "emplois fonciers" a été signée par le préfet et les coutumiers.
Un nouveau blocage de l'aéroport international de Wallis-Hihifo devrait être évité après la signature le 17 mars d'une convention sur les "emplois fonciers" entre le préfet de Wallis et Futuna et la chéfferie d'Uvéa (Wallis) et du district nord de Hihifo. C'est l'épilogue du conflit qui avait opposé les coutumiers et l'administration supérieure en novembre dernier.

L'aéroport avait été bloqué à partir du 22 novembre 2015, à l'appel de la chéfferie de Hihifo, le district nord de Wallis où se situe la plateforme aéroportuaire. Les coutumiers réclamaient un droit de regard sur l'attribution des travaux d'entretien du site et sur les emplois liés à ces opérations.

L'affrontement s'est conclu le 2 décembre sur la signature d'un protocole de fin de conflit prévoyant un nouvel accord avant la fin fevrier 2016 réglant définitivement le litige. La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, avait mis son poid dans la balance en garantissant les "emplois fonciers".
C'est ce document qui vient d'être paraphé.
Le ministre coutumier d'Hihifo, l'Ulu'imonua Pasilite Hensen s'est déclaré "heureux pour le territoire mais surtout pour le district de Hihifo (dont) la chefferie devient l'interlocuteur du SEAC chaque fois qu'un emploi se liberera".


La chefferie incontournable?


La nouvelle convention porte sur les "recrutements des agents permanents et l'attribution des marchés de travaux du SEAC WF, le service d'Etat de l'aviation civile des îles Wallis et Futuna, conformémént à un usage dénommé emplois fonciers".

L'article 2 spécifie que pour les postes sans qualification "la chéfferie de Hihifo pourra proposer un candidat par village", pour les postes qualifiés "un concours sera ouvert dans un premier temps aux seuls habitants de Hihifo puis, à défaut de candidat recevable, le concours sera élargi".

L'article 3 précise que lors de l'attribution des marchés de travaux, "la chefferie de hihifo sera informée systématiquement...le SEAC WF consultera en priorité les entreprises et tous les acteurs du district de Hihifo". Cette écriture devrait rassurer l'association des propriétaires riverains de l'aéroport qui revendique l'entretien des abords du site. 

Le préfet Marcel Renouf justifie cette "préférence locale" par la tradition de Wallis et Futuna tout en mettant en garde: "personne n'a le monopole de l'emploi dans le district de Hihifo, la chéfferie sera informée; c'est informée qui est écrit dans le texte".

La situation semble apaisée mais seule l'attribution des prochains emplois et contrats de travaux permettra de savoir si le système de consultation fonctionne correctement.



Publicité