publicité

De plus en plus de wallisiens se lancent dans le commerce

Ces derniers mois, de nouveaux magasins ont été ouverts partout sur l'île de Wallis, notamment dans le vestimentaire. Est ce le signe d'une dynamique commerciale? Qui sont ces nouveaux commerçants? Ont ils réussi leur investissement?

© WF la 1ère
© WF la 1ère
  • Par Fatima Maniulua
  • Publié le
De nouveaux magasins ont été ouverts ces derniers mois à Wallis, plus dans le vestimentaire. 
Qui sont ces nouveaux commerçants? Ont ils réussi leur pari? 
Nous sommes partis à la rencontre de deux d'entre eux. 

© WF la 1ère
© WF la 1ère

Alain Ruotolo vient tout juste d'ouvrir sa petite boutique de perles il y a 3 mois dans le plus grand centre commercial de Wallis.
Il revient de la métropole où il a vécu pendant 16 ans. Il était parti pour les études, ensuite il s'est installé à Paris où il a ouvert  une boutique. 
Il n'a pas hésité à tout abandonner pour revenir et monter son affaire à Wallis, son fenua. 
Dans sa boutique, il fabrique, personnalise les bijoux selon la demande de la clientèle. 
Depuis l'ouverture de la petite bijouterie, "le bilan est positif"  
"On a joué sur le fait que Wallis a besoin qu'on vienne aider au développement économique du pays. Je fais partie de cette génération de jeunes qui sont partis vivre à l'extérieur, on a acquis des expériences ailleurs et il est temps de revenir, les mettre en place ici et apporter un plus au pays" déclare Alain Ruotolo. 
Dans ses projets, il espère ouvrir prochainement une 2ème boutique  

© WF la 1ère
© WF la 1ère

Pagoiuvea Brial a ouvert, elle aussi un nouveau magasin de chaussures il y a 3 mois. Elle a constaté qu'il y avait un réel besoin de magasin de chaussures à Wallis. L'idée lui est alors venu d'ouvrir son petit commerce de chaussures. 
Pagoiuvea s'est alors rendue en métropole pour faire une formation. Elle s'est surtout formée sur la morphologie du pied polynésien, c'est à dire en grande taille. 
Après 5 ans de galère, son projet a pu enfin voir le jour avec l'aide de l'ADIE ( Association pour le Droit à l'Initiative Economique). 
"J'ai ouvert au mois d'octobre de l'année dernière. J'ai atteint les objectifs que j'avais prévus. Je pense que la conjoncture n'est pas si mal à Wallis. Je suis motivée, et pour qu'un magasin ait du succès, cela dépend surtout du service proposé et de l'accueil" confie Pagoiuvea
Cette nouvelle commerçante a fait une demande d'aide au territoire. D'ici quelques mois, elle pourra recevoir sa toute nouvelle machine pour réparer les chaussures, un plus pour sa boutique. 

Alain Ruotolo et Pagoiuvea Brial ne sont pas les seuls. D’autres ont aussi franchi le pas. Reste à savoir s’ils pourront atteindre leurs objectifs et contribuer au développement économique du territoire.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play