publicité

Inscription des natifs: un accord politique trouvé

Après une dizaine d'heures de discussions, les partenaires politiques se sont accordés sur l'inscription de 11 000 natifs sur la liste référendaire. Les modalités de mises en oeuvre de cette inscription sur un plan juridique sont encore à débattre. 

  • Nadine Goapana avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
A l'hôtel Matignon, les discussions se sont poursuivies tard dans la nuit. Les partenaires politiques sont parvenus, ce vendredi matin (jeudi soir à Paris) à "un accord politique" sur le référendum d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie, programmé en 2018, a affirmé Edouard Philippe à l'issue d'une longue journée de négociations à Matignon.


# LE DISCOURS DU PREMIER MINISTRE


Après quinze heures de discussions autour du Premier ministre, nos élus politiques sont tombés d'accord sur l'inscription de 11 000 natifs sont 7000 personnes de statut civil particulier et 4000 personnes de droit commun.
Les modalités juridiques font encore l'objet de débat. Les discussions se poursuivront donc autour de la modification ou non de la loi organique.


" au-delà de cet accord politique, nous avons une confiance"
 


"Nous avons ce soir un accord politique et, peut-être au-delà de cet accord politique, nous avons une confiance. C'est au moins aussi important. Il nous reste du travail et ce travail est difficile", a déclaré le Premier ministre peu avant minuit, lors d'une déclaration à la presse, entouré de la ministre des Outremer Annick Girardin et des différents membres du Comité.

"L'accord politique" trouvé jeudi porte sur "l'ensemble de ces points", a assuré le chef du gouvernement en remerciant "l'ensemble des délégations qui (y) ont toutes contribué".
        

" Ce débat concerne le point particulier de l'inscription d'office" des natifs de Nouvelle-Calédonie"


         
"Il demeure un débat sur la traduction juridique que devra prendre cet accord politique", a ajouté Edouard Philippe. Ce débat "concerne le point particulier de l'inscription d'office" des natifs de Nouvelle-Calédonie "y ayant le centre de leurs intérêts matériels et moraux", l'un des principaux points d'achoppement entre non indépendantistes et indépendantistes.
                 
"Ce débat se poursuivra désormais lors de l'examen du projet de loi organique que le gouvernement prépare à présent" et qui "respectera scrupuleusement le cadre de l'accord politique" trouvé, a précisé le Premier ministre, qui a confirmé qu'il se rendrait fin novembre en Nouvelle-Calédonie.

Ecoutez le discours du Premier ministre
Nous nous excusons  pour la mauvaise qualité de son au début de ce direct "FB LIVE NC1ere".


Retrouver ci-dessous le relevé des conclusions de ce 16e comité des signataires




#LES RÉACTIONS


La plupart des participants parlent d'un comité "historique".

En intégralité, les réactions de nos élus, à commencer par celle de Paul Néaoutyine (Palika),  du député Philippe Gomès, puis la réaction de Sonia Backès (Les Républicains Calédoniens) et enfin celle de Roch Wamytan (Union Calédonienne).






 

# L'IMPLICATION DU PREMIER MINISTRE SALUEE


L'ensemble des élus salue le rôle et l'implication du Premier ministre dans le dossier calédonien. 



# Victor Tutugoro - Uni Palika



# Roch Wamytan se dit satisfait de cet accord. 


# Le député Philippe Gomès parle d'un "grand grand comité des signataires"



# Sonia Backes , ce comité des signataires est "une réussite"



# Paul Néaoutyine satisfait : l' Etat a été plus qu'un partenaire. "Toutes les délégations ont su se parler."


 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play