publicité

Attentat à Madagascar le bilan s’alourdit. Un bébé de 14 mois succombe à ses blessures

Trois morts, quatre-vingt huit blessés à Madagascar après le double attentat perpétré lors de la fête de l’indépendance. Un bébé de 14 mois, blessé par l’explosion d’une grenade, est décédé lundi après-midi à l’hôpital de Tananarive.

© Capture d'écran l'Express de Madagascar
© Capture d'écran l'Express de Madagascar
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Les soins intensifs n’ont pas suffi. Le médecin-chef de l’hôpital Joseph-Ravoahangy-Andrianavalona à Tananarive est venu en personne annoncer la triste nouvelle.
Les blessures de l’enfant, provoquées par un éclat de métal provenant de la grenade meurtrière, se sont infectées. Malgré tous les soins prodigués, la médecine a été impuissante.
Pour mémoire, ce dimanche 26 Juin 2016, la Grande-Ile célébrait le 56ème anniversaire de l’accession à l’indépendance.
 
3 morts et 88 blessés
 
Pour l’occasion, des manifestations étaient organisées dans tous le pays, dont deux très importantes à Tananarive, la capitale malgache. C’est là, au stade Mahamasina et dans le jardin D’Anosy que des grenades ont été lancées au milieu de la foule.
Le bilan est très lourd, trois morts et quatre-vingt-huit blessés.
Une enquête a été confiée à la gendarmerie malgache qui a interpellé un homme de 28  ans.
 
Un suspect en garde à vue
 
Placé en garde à vue, l’individu refuse pour l’instant de coopérer. Il ne se souviendrait de rien. Selon la presse malgache, il tenterait de se faire passer : « pour un déséquilibrer mental qui ne se souvient pas où il demeure, ni du nom de ses parents » …
L’homme, qui serait célibataire, a été appréhendé aux abords du jardin d’Anosy, dimanche matin, juste après le premier attentat dimanche matin sur indication d’un témoin. Il faisait parti du groupe de quatre personnes qui aurait lancé la première grande. Par chance, celle-ci étant défectueuse, elle n’a fait qu’un blessé léger.
 
Un précédent en 2014
 
En revanche, selon les enquêteurs cette grenade est très semblable à celle qui a été utilisée en début de soirée ce dimanche 26 Juin 2016 par les terroristes du stade Mahamasina.
Ces actes, qui n’ont toujours pas été revendiqués, ressemblent beaucoup à celui perpétré le 25 Janvier 2014, lors de la cérémonie d’investiture d’Hery Rajaonarimampianina. Ce jour là, une grenade avait été lancée dans la rue au mileu de la foule, faisant deux morts et une trentaine de blessés rappelle l’Express de Madagascar.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play