11 jours depuis le début de la grève de la faim de Denis Deloumaux

social
Grève de la faim Denis Deloumaux
©R. Defrance
Depuis le 12 février dernier, Denis Deloumaux a décidé d'arrêter de s'alimenter. Un acte contre lui-même pour dénoncer la situation dans laquelle lui et les autres personnels suspendus du CHUG du fait de leur refus de l'obligation vaccinale

11 jours qu'il est installé sous une tente dans le parking extérieur du CHUG. Le lieu où ce nouveau piquet de grève a été érigé par les organisations en lutte contre l'obligation vaccinale et le pass-vaccinal.
Denis Deloumaux est désormais suivi médicalement, car il est arrivé au stade où les effets de ce jeûne forcé,commencent à se faire sentir.
Pourtant, l'homme compte bien aller jusqu'au bout de son action, soutenu en cela par les militants et sympathisants du mouvement mais aussi, par des anonymes sensibles à la cause qu'il défend ou, plus simplement, à son action personnelle.
Denis Deloumaux, gréviste de la faim

©Guadeloupe

Un mouvement qui, pour l'heure, n'a fait l'objet d'aucun commentaire officiel de la Préfecture ou de la direction de l'établissement hospitalier.