12 listes à l'assaut de la collectivité régionale

élections 2021
Conseil régional Guadeloupe
©DR

Ce dimanche 20 juin aura lieu le premier tour des élections régionales. Douze listes sont en course, en Guadeloupe. 
Débat et entretiens avec les 12 têtes de liste...

Dans le cadre du premier tour des élections régionales du 20 juin 2021, 12 listes de candidats sont enregistrées pour la Guadeloupe, par arrêté préfectoral.

1/ Liste "Continuons d'avance" conduite par Ary Chalus

Ary Chalus, tête de liste de "Continuons d’avancer", président-candidat de la collectivité régionale, est l’invitée de cette grande interview de lundi à 7 jours du premier tour des élections régionales de dimanche. Ary Chalus a présenté un bilan-programme en 7 piliers.

Ary Chalus veut "continuez d’avancer" à la tête de la région Guadeloupe. Le président candidat qui voulait "Changer d’avenir" en 2015. Ary Chalus est un retraité d’EDF, il a été maire de la ville de Baie-Mahault, où il est toujours conseiller municipale et il est vice-président de Cap Excellence. "Continuons d’avancer" base son programme sur 7 piliers. Une Guadeloupe plus forte avec son plein potentiel dans la caraïbe et le monde, la transition écologique et la souveraineté économique, l’eau, l’attractivité et l’aménagement du territoire, l’épanouissement des guadeloupéens dans un archipel plus solidaire et responsable.

Avec son partenaire le GUSR, Guadeloupe Unie Solidaire et Responsable, Ary Chalus propose un contrat de gouvernance. Il demande aux élus du département et de la région de s’unir pour que les deux collectivités travaillent de concert. Un contrat de gouvernance à peine sortie et vivement critiqué par les adversaires.

A (re) voir la Grande Interview, Ary Chalus était l'invité d'Olivier Lancien :

A (re) voir l'émission Questions 1ère. Ary Chalus était l'invité d'Eric Rayapin et Ludivine Guiolet-Oulac : 

 

2/ Liste "Avenir Identité Régionale Guadeloupe" conduite par Maxette Pirbakas

Maxette Pirbakas est députée européenne élue du Rassemblement National. La tête de liste d'AIRG a choisi le Rassemblement National, le parti de Marine Le Pen, pour faire ses premiers pas en politique. Une rencontre improbable, tant le Front National avait mauvaise presse dans l’archipel. Elle a été élue sur cette liste aux Européennes, et elle intègre, au Parlement de Strasbourg, le groupe "Identité et démocratie".

L’élue veut aller plus loin et s’essayer à la gestion de la collectivité régionale. Elle est à la tête d’une liste aux régionales : "Avenir Identité régionale Guadeloupe". Une liste composite dans laquelle on retrouve des personnalités comme Germain Paran, connu pour son combat pour l’eau.

Un des arguments mis en avant : impulser encore plus les décisions européennes encore plus dans le quotidien du tissu économique de Guadeloupe.
Maxette Pirbakas à la connaissance du combat des urnes, elle a été, de nombreuses années, présidente de la FDSEA Guadeloupe, la fédération départementale des syndicats agricoles. Quelles sont ses solutions nous allons en savoir plus.

A (re) voir la Grande Interview de Maxette Pirbakas, invitée d'Olivier Lancien : 

A (re) voir Questions 1ère, Maxette Pirbakas était l'invitée de Ludivine Guiolet-Oulac et Eric Rayapin :

 

3/ Liste "faire partie de la solution" conduite par Willy William

"Faire partie de la solution" plus qu’un nom de liste c’est une véritable invocation lancé par ce regroupement de 43 colistiers, jeunes. Pensez aux jeunes leur leitmotiv. Willy William est la tête de liste.

Une liste qui détonne dans le paysage électoral de ces régionales : "Faire partie de la solution". Une liste dont la moyenne d’âge est entre 25 et 26 ans. Des étudiants, des jeunes adultes, des entrepreneurs, des salariés, de toutes les parties de la Guadeloupe.
Willy William, tête de liste a 28 ans. Il est CPE, conseiller principal d’éducation, dans un collège. La politique, il connait un peu. Il y a déjà participé sur une liste en 2014, puis en 2020, au Gosier.

La priorité de cette liste "Faire partie de la solution" se focalise sur la jeunesse et notamment, la formation et l’emploi des jeunes.
Autre sujet, le retour des jeunes Guadeloupéens dans l’archipel est aussi un des axes forts. Un retour qui doit se préparer et les conditions doivent être mises en place.
Les 43 candidats affirment ne pas avoir cette solution, mais veulent participer aux solutions mises en place par les politiques publiques.

A (re) voir la Grande Interview consacrée à Willy William : 

A (re) voir l'émission "Questions 1ère", Willy William était l'invité d'Eric Rayapin et Ludivine Guiolet-Oulac :

 

4/ Liste "Sentinelles Guadeloupe" conduite par Eric Coriolan

La tête de liste de Sentinelles Guadeloupe, Eric Coriolan, veut que la société civile s’empare du débat politique. 

La société civile doit être au cœur des débats et sur la place publique selon les arguments de ce groupe.

Aujourd’hui, le nom d’Eric Coriolan est synonyme de combat contre l’installation des radars tourelles dans l’archipel.
A la tête de Sentinelle Guadeloupe, c’est désormais une lutte contre la gestion de la crise sanitaire mais aussi contre la vaccination.

Désormais Sentinelle Guadeloupe veut, "réparer la Guadeloupéeanité". Ne parlez pas à Eric Coriolan de programmes politiques, il s’insurge et parle de plans d’action.

Sentinelle Guadeloupe est présent aux Régionales mais aussi aux Départementales. La tête de liste n’est pas inconnue en politique. Il a été un temps proche du centre aujourd’hui il se veut sans chapelles partisanes. C’est aussi un homme de média.
Avec Sentinelles Guadeloupe, Eric Coriolan veut faire rentrer la société civile sur l’échiquier politique. Il propose même un conseil de surveillance de l’action des élus locaux.

A (re) voir la Grande Interview, Olivier Lancien reçoit Eric Coriolan :

 

A (re) voir Questions 1ère : Eric Coriolan 

 

6/ Liste "La Région au service du peuple", conduite par Christelle Nanor

Christelle Nanor, tête de liste de la Région au Service du peuple, est une jeune femme d’une trentaine d’années qui débarque en politique. Sa conscience politique a été interpellée en 2018, au moment de la crise des gilets jaunes, et aujourd’hui elle veut porter sa voix et celle de ses colistiers dans cette bataille des régionales. 

Respe, c’est l’acronyme de la liste conduite par Christelle Nanor. La Région au service du Peuple, une liste issue du groupe politique la Guadeloupe consciente en action. LGCA qui entend investir les champs d’action de tous les domaines qui contribuent au développement de la Guadeloupe. Naturellement, gérer la collectivité régionale en fait partie, parce que c’est l’un des moteurs économique, public, de cet archipel.
Un parti humaniste répète Christelle Nanor.
La tête de liste a des idées de développement, spécialiste du marketing, elle a bien étudié les forces et faiblesses de notre économie. Cette trentenaire veut porter sa pierre à l’édifice, et l’humain au centre de l’action.
Une liste composée de personnalités d’horizons divers, de la culture à l’ouvrier en passant par l’artisan ou encore le chef d’entreprise…

Christelle Nanor veut s’intéresser au concret. Lui parler d’autonomie ou d’évolution institutionnelle, pour elle, ce ne sont que des leviers voire des artifices.

A (re) voir la Grande Interview, Christelle Nanor était l'invitée d'Olivier Lancien : 

A (re) voir Questions 1ère : Christelle Nanor était l'invitée de Ludivine Guiolet-Oulac et d'Eric Rayapin

 

7/ Liste "Doubout la Gwadloup", conduite Tony Delannay

Tony Delannay est à la tête de la liste Doubout la Gwadloup. Une liste qui ne veut pas avoir d’appartenance partisane, même si le titre de la liste laisse penser à Debout la France. Tony Delannay est un homme qui découvre ces élections régionales. 

Tony Delannay âgé de 55 ans est un chef d’entreprise qui aura passé une bonne partie de sa vie professionnelle dans le domaine de l’eau à Véolia dans l’Hexagone. De retour en Guadeloupe, il va intégrer la communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbes et la région Guadeloupe.

La tête de liste se veut sans parti politique, et ne lui parlez pas des liens entre Doubout la Guadeloupe et Debout la France de Nicolas Dupont Aignan. Tony Delannay insiste sur le caractère sans étiquette des 43 hommes et femmes qui la composent. Un groupe qui veut, selon son slogan, "redonner confiance aux
Guadeloupéens".

Doubout la Guadeloupe, fos a péyi la dénonce "l’inaction des élus qui ont été en place". La liste insiste aussi sur son caractère citoyen, sans machine électorale derrière. Tony Delannay a donné les pistes que son organisation entend proposer aux électeurs de l’archipel.

A (re) voir la Grande Interview, Tony Delannay est l'invité d'Olivier Lancien : 

A (re) voir l'émission Questions 1ère consacrée à Tony Delannay :  

 

8/ Liste "La nouvelle voie : un contrat moral avec le peuple", conduite par Max Mathiasin

Max Mathiasin à la tête de la liste "La nouvelle voie : un contrat moral avec le Peuple" est une personnalité connue de l’archipel. Il est député et a été ancien premier secrétaire fédéral du PS en Guadeloupe. 

Max Mathiasin est député élu de la troisième circonscription de la Guadeloupe. Aujourd’hui il a décidé d’être tête de liste aux Régionales.

L’homme politique affirme que cette liste est taillée pour représenter la sociologie de l’archipel. En deuxième position, il a placé Axelle Kaulanjan, une jeune élue du nord Grande-Terre. Mais, cette liste qui veut passer un contrat moral avec les Guadeloupéens n’a pas abouti sans crispations. Le PPDG et le Parée ont décidé de la quitter.
Ses anciens amis du PS estiment qu’il a été en partie responsable de la défaite de décembre 2015. L’ancien premier secrétaire fédéral du parti socialiste a pris à bras le corps son costume de parlementaire. Apparenté au MoDem, il n’a pas hésité parfois à prendre le contre-pied de la majorité présidentielle.
Il a longtemps voulu être maire de Deshaies, la commune du Nord Basse-Terre, mais depuis les municipales dernières, il s’est rapproché de la maire de la commune, Jeanny Marc Mathiasin, qui figure même sur sa liste en queue de peloton.

A (re) voir la Grande Interview. Max Mathiasin était l'invité d'Olivier Lancien :

A (re) voir Questions 1ère : Max Mathiasin 

 

9/ Liste "Peyi Gwadloup" conduite par Josette Borel-Lincertin

La tête de liste de "Peyi Gwadloup", Josette Borel-Lincertin, est l’actuelle présidente du Département. Elle veut ravir la collectivité régionale. Elle est à la tête d’une liste ouverte soutenue par la fédération socialiste, Caraïbes Ecologie les verts, Guadeloupe insoumise et le Parée. 

Josette Borel-Lincertin veut redonner ses lettres de noblesse à l’institution régionale. Elle a déjà occupé le fauteuil de présidente de la Région de 2012 à 2014. Puis présidente du conseil départemental en 2014.

Enseignante de formation elle a formé des générations de jeunes devenus adultes, aujourd’hui.
Une élue qui est arrivé en 2004 en politique et aujourd’hui, son mot d’ordre c’est la transmission politique.
Josette Borel Lincertin s’est entourée sur sa liste de jeunes et de personnes expérimentées.

Elle a développé le concept Peyi Gwadloup. Une liste qui prône la domiciliation de certains pouvoirs en Guadeloupe, dans le cadre de la Constitution française.
Lors du dernier congrès des élus départementaux et régionaux, elle propose un article 971. Une proposition qu’elle renouvelle aujourd’hui dans son programme politique.
Un programme schématisé dans un plan d’action de 26 points avec des actions à réaliser dans les 100 jours de son arrivée à la tête de la Région.

A (re) voir la Grande Interview, Josette Borel-Lincertin était l'invitée d'Olivier Lancien :

A (re) voir l'émission Questions 1ère. Josette Borel-Lincertin était l'invitée d'Eric Rayapin et Ludivine Guiolet-Oulac :

 

10/ Liste "Combat ouvrier : faire entendre le camp des travailleurs, conduite par Jean-Marie Nomertin

Jean-Marie Nomertin se présente une nouvelle fois aux élections régionales. Une candidature qui progresse... La grande question sera l'impact de la crise sanitaire et économique sur l'électorat de son parti.
Il est à la tête de Combat ouvrir, faire entendre la voix des travailleurs.

Le confinement de l'an dernier a un peu éloigné les salariés de la représentation sociale. Depuis, les organisations syndicales tentent de relancer la machine. Jean-Marie Nomertin estime que les élus en place, depuis de nombreuses années, jouent dans le camp des Capitalistes. Combat ouvrier met en avant la défense des travailleurs, mais pas seulement... Celle des chômeurs, des retraités et des précaires. 

La tête de liste est une figure bien connue du syndicalisme local. Jean-Marie Nomertin est aussi secrétaire général de la CGTG, la Confédération générale des travailleurs de Guadeloupe. 

La situation économique induite par la crise sanitaire de la Covid-19 est inquiétante. Selon lui, faire entendre les revendications sociales sur le terrain politique permettrait de faire progresser l'action syndicale et de "résister face à une oppression". Cette oppression trouverait un prolongement dans les décisions politiques, qui ne seraient pas forcément en faveur de ce camp des salariés et des lus démunis. 

A (re) voir la Grande Interview. Jean-Marie Nomertin était l'invité d'Olivier Lancien :

A (re) voir Questions 1ère, Jean-Marie Nomertin était l'invité de Ludivine Guiolet-Oulac et Eric Rayapin : 

 

11/ Liste "En avant pour l'Alternative", conduite par Alain Plaisir

Une nouvelle candidature aux régionales pour le leader du Cippa, le comité d’initiative pour un projet politique alternatif. Alain Plaisir, tête de liste d'"En avant pour l’alternative" reste campé sur ses positions : une autonomie pour l’archipel. 

Alain Plaisir, la tête de liste est droit dans ses bottes et il le répète : depuis 2010 il prône une autonomie pour la Guadeloupe et une mutation de la Guadeloupe de région ultrapériphérique de l’Europe à pays et territoire d’outre-mer de l’Union Européenne.

C’est au sortir du LKP, le lyannaj Kont Pwofitasyon, en 2009, que ce syndicaliste de la CTU a décidé de se lancer dans la politique. Il crée le Cippa, le comité d’initiatives populaires pour un projet alternatif. Une organisation politique. Inspecteur des douanes à la retraite, il est en faveur d’une suspension de l’octroi de mer. Une taxe qui ne remplirait plus ses objectifs selon l’homme politique.

Alain Plaisir a affiné au fil des ans son programme politique. Une agriculture qui pourrait nourrir toute la population de la Guadeloupe avec une diversification. La diversification c’est aussi le mot d’ordre pour les énergies renouvelables. Abandonner le fossile lourd et polluant au profit d’énergies renouvelables.
Au niveau économie outre le développement du tourisme intérieur, Alain Plaisir entend impulser une reconquête économique dans le bassin caribéen.

A (re) voir la Grande Interview, Alain Plaisir était l'invité d'Olivier Lancien :

A (re) voir Questions 1ère, Alain Plaisir était l'invité d'Eric Rayapin et Ludivine Guiolet-Oulac : 

 

12/ Liste "Réussir la Guadeloupe", conduite par Sonia Pétro

Sonia Pétro, la tête de liste de Réussir la Guadeloupe, présidente de la fédération Les Républicains de Guadeloupe reste fidèle aux valeurs de ce parti de Droite. Elle espère la relance économique, mais avant tout, selon elle, il faut assainir les comptes de la Guadeloupe. 

Sonia Pétro entend bien défendre les couleurs de la droite Républicaine pour ces élections régionales de Guadeloupe. L’évolution statutaire ou institutionnelle, pour elle, ce n’est pas une priorité des Guadeloupéens. Le cadre actuel de l’article 73 de la Constitution convient et n’a pas, selon elle, livré toutes ses possibilités.

La tête de liste de "Réussir la Guadeloupe" est sévère avec le bilan de la majorité régionale. L’insertion, le chômage la relance économique, l’eau… autant de dossiers sur lesquels elle entend intervenir. "Réussir la Guadeloupe" propose plusieurs engagements. Et au premier titre desquels cette relance économique.
Elle propose un projet en 4 axes avec une cinquantaine d’engagements.

L’urgence pour Sonia Pétro est de demander à l’Etat un prêt garanti de 320 millions d’euros. C’est l’engagement n°1 qui conditionne la survie de l’archipel selon Sonia Pétro.

A (re) voir la Grande Interview, Sonia Pétro était l'invité d'Olivier Lancien :

A (re) voir Questions 1ère, Sonia Pétro était l'invité de Ludivine Guiolet-Oulac et Eric Rayapin : 

 

13/ Liste "NOU", conduite par Ronald Selbonne

Ronald Selbonne tête de liste de "Nou" entend créer la surprise au soir du premier tour. L'homme est à la tête de cette liste d’unité de plusieurs organisations dites nationalistes.

Le quinquagénaire est enseignant de formation. Ronald Selbonne c’est aussi une plume avertie de journaliste qui a en lui, la Guadeloupe chevillée au corps.

La liste Nou a créé l’espoir chez les nationalistes de Guadeloupe. L’ANG, l’Alyans National Guadeloupe reprend vie, et elle est rejointe par l’UPLG, l’Union pour la libération de la Guadeloupe, l’Alyans Pour la Guadeloupe, et Agir en citoyen. Quatre organisations qui entendent bien créer la surprise pour ces élections régionales.

Plus de responsabilités locales de la Guadeloupe c’est le leitmotiv de ces 43 femmes et hommes, sans pour autant définir la finalité. Trouver un nouveau paradigme avec l’Hexagone.
Et pour cela ils ont décidé de lancer "l’Espri Konvwa". Un grand élan pour la campagne mais aussi pour le fonctionnement de l’institution régionale.
Tous les champs sont étudiés, analysés. De l’Eau à l’octroi de mer, en passant par l’agriculture, au foncier ou encore à la fonction publique territoriale.

A (re) voir la Grande Interview, Ronald Selbonne était l'invité d'Olivier Lancien : 

A (re) voir Questions 1ère, Eric Rayapin et Ludivine Guiolet-Oulac recevaient Ronald Selbonne : 

 

A (re) voir le Grand débat entre les 12 candidats aux élections régionales :