publicité

156 meurtres à la Jamaïque depuis le début de l'année

Flambée de violence dans l'île. 156 homicides ont eu lieu le premier mois de l'année à la Jamaïque. 24 de plus que l'an dernier, à la même époque. 

  • Par Yasmina Yacou
  • Publié le
156 meurtres entre le 1er janvier et le 3 février 2018. La Jamaïque connaît un début d'année sanglant, selon les statistiques divulguées par la police de l'île. 

141 meurtres en janvier 

Selon le rapport publié, il y a déjà eu 24 homicides de plus que l'an dernier, à la même époque. 2017 s'était terminée avec un triste record : 1 616 meurtres durant l'année. L'une des plus meurtrières après 2009 où 1 680 personnes avaient été tuées. 
Les policiers s'efforcent, tant bien que mal, d'enrayer ces effusions de sang. Sans grand succès, pour l'heure. Entre seulement le 1er et le 3 février, 15 personnes ont été tuées sur le territoire. Selon les forces de l'ordre jamaïcaines, le seul mois de janvier comptabilise 141 meurtres. 

L'état d'urgence déclaré dans la paroisse de Saint James

La situation est alarmante. A tel point, que l'état d'urgence a été déclaré dans la paroisse de Saint James, le 18 janvier dernier. La région enregistre 12 homicides, dont deux commis durant l'état d'urgence. On constate une baisse de 42% par rapport à l'an dernier (21 meurtres, à la même période). La mesure exceptionnelle a été prise par les autorités pour contenir la flambée de violences qu'a connu cette paroisse l'an dernier, avec ses 335 homicides, 168 à Clarendon et 147 à Westmoreland.
Mais, force est de constater que si le nombre de tués a diminué dans cette paroisse, il explose dans les autres. La paroisse de Sainte-Catherine, "berceau" de plusieurs gangs violents, parmi lesquels les plus connus, le "Klansman" et "One Order", est le centre de nombreux trafics et rackets sanglants. Dans cette seule zone, on dénombre 22 homicides. Viennent ensuite les paroisses de Clarendon, avec 18 meurtres et celle de Saint Andrew, avec 15 crimes.
Trois enfants figurent parmi les victimes, depuis le début de l'année, ainsi que 14 civils tués par les forces de l'ordre. 

Un taux d'élucidation faible

Durant les six premiers jours de l'année, 38 homicides ont été commis. Mais ce n'est pas tout... La police parle également de 16 fusillades et 17 braquages. Des chiffres en hausse, par rapport à ceux de l'an dernier : 23 meurtres, 18 fusillades et 16 braquages, à la même période, en 2017. 
Des actes de violence qui ont un taux d'élucidation très faible. Les enquêteurs n'ont effectué d'arrestations et condamnations que dans 7% des meurtres. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play