publicité

Salon du livre : la Renaissance de Pointe-à-Pitre

Après plusieurs années de silence, le salon du livre de Pointe-à-Pitre renaît avec une nouvelle formule, commandée par l’indisponibilité du Centre des Arts, en travaux. L’occasion de découvrir d’autres lieux. Une réussite.

Le public a répondu à l’invitation du Salon de Pointe-à-Pitre, version 2012 © CLP
© CLP Le public a répondu à l’invitation du Salon de Pointe-à-Pitre, version 2012
  • Catherine LE PELLETIER
  • Publié le , mis à jour le
C’est un Salon du livre new look que la Ville de Pointe-à-Pitre a proposé, éclaté, dans différents lieux, dans la rue, dans des lieux publics, avec pour point d’ancrage le Pavillon de la Ville, magnifique bâtiment classé où des « causeries » avaient lieu chaque jour.

Gisèle Pineau, marraine

C’est une romancière guadeloupéenne confirmée qui a été choisie comme marraine de l’année : Gisèle Pineau. Dans un discours sobre et intense, l’auteur de « Cent vies et des poussières » a retracé à travers ses souvenirs liés aux précédents rendez-vous littéraires de Pointe-à-Pitre, ses souhaits pour celui-ci : une littérature plus proche de tous, à la rencontre de l’Autre.

Rayonnement dans la ville

Différents lieux de rendez-vous étaient donnés au public, pour des animations variées et diverses. Défilé dans Pointe-à-Pitre, à la lecture de textes rythmés; expositions; textes lus; causeries; le programme de l’année a contourné l’empêchement du grand rendez-vous habituel qu’était le Centre des Arts, fermé pour travaux. Le Salon du livre 2012, a trouvé un autre point d’appui, hormis ses promenades littéraires, c’est le Pavillon de la Ville où de nombreuses manifestations ont été organisées, comme les causeries, des expositions ou des rencontres-signatures avec des auteurs.

Une manifestation réussie

Il est évident que pour son retour, le Salon du Livre de Pointe-à-Pitre a revu à la baisse ses ambitions budgétaires, la crise passant aussi par là. Pour autant, la manifestation a été une réussite. Il a été l’occasion pour de nombreux auteurs Guadeloupéens ou Guadeloupéens d’adoption de converser ensemble, de se présenter au public et d’aller à la rencontre de celui-ci. En ce sens aussi, la manifestation a été un succès.

Pérenne ?

A la question : «  Et l’année prochaine, y aura-t-il un autre Salon ? », Catherine Lassiva, directrice du Salon et des Bibliothèques de Pointe-à-Pitre répond : « Pas l’année prochaine, mais dans deux ans ». Souhaitons qu’effectivement il y ait une suite à cette manifestation renaissante, pour que Pointe-à-Pitre retrouve le faste culturel d’il y a seulement une décennie.

Pour aller plus loin :

Visitez la page Facebook des Bibliothèques de Pointe-à-Pitre.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play