publicité

Victorin Lurel propose ses solutions contre la vie chère

Le ministre des Outre-mer présente aujourd’hui en Conseil des ministres son projet de loi contre la vie chère, qu’il considère comme "une urgence". Mais la question qui empoisonne la vie des Ultramarins n’a pas encore de solution évidente.

  • Ivan ERHEL
  • Publié le , mis à jour le
Briser les monopoles, baisser les coûts du transport, favoriser la production locale, il n’y a pas de solution toute faite pour remédier à cette situation scandaleuse qui fait que le panier de la ménagère revient 25 à 35% plus cher Outre-mer que dans l’Hexagone. Surtout, des lois existent pour protéger ceux qui profitent d’une position dominante acquise au fil des ans dans des secteurs stratégiques, notamment celui de la grande distribution.

© Source : Insee
© Source : Insee
Les leviers dont dispose le ministre pour agir sont donc limités : subventionner de nouvelles centrales d’achat et le transport maritime, taxer fortement les marges abusives et les grandes surfaces commerciales… Mais une solution du type de celle qui a été trouvée à Mayotte l’année dernière après les émeutes de l’automne est inenvisageable. En effet, le gel des prix décidé par les autorités n’a duré que quelques mois, au frais des entreprises de la grande distribution.

En Guyane, l’écart s’élève à 38%

Mais la difficulté de la tâche n’enlève rien à son urgence dramatique. Une étude de l’Insee datant de 2010 révèle un écart des prix avec l’Hexagone de plus de 35%. Que ce soit à La Réunion, en Guyane, en Martinique ou en Guadeloupe, les produits alimentaires se retrouvent au premier rangdes écarts de prix. En Guyane, l’écart s’élève à 38%, alors qu’il n’est "que de 30% en Martinique et de 22% en Guadeloupe.

© Source : Insee
© Source : Insee
Pour la petite histoire, et pour équilibrer un tant soit peu la balance, les experts de l’Insee ont déniché pour chaque territoire un poste de dépense pour lequel le coût moyen est inférieur à celui de l’Hexagone. Il s’agit pour la Guyane de l’habillement (-5%), des transports en Martinique (-7%), du logement en Guadeloupe (-4%).

© Source : Insee
© Source : Insee


La Réunion, qui est globalement le territoire le moins touché par le problème de la vie chère peut s’enorguillir d’afficher des prix inférieurs à la métropole dans le domaine des loisirs (-2,5%), l’habillement (-3%), l’hôtellerie (-5%) et le logement (-7%). Pour tous les autres postes, vivre en Outre-mer coûte cher. Très cher.

Vie chère en Outre-mer

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play